Contes chinois

Les deux fiancées

Un après-midi d'automne, un palanquin de mariage somptueusement décoré et abritant une riche mariée, issue d'une bonne famille, passait par la porte Ouest. Alors que la joyeuse procession se dirigeait vers le nord, la pluie a commencé à tomber.. Fort heureusement, un pavillon sur le bord de la route, dans les collines, offrait un refuge au sec.

Un second palanquin, beaucoup plus modeste avait été posé en hâte à côté du premier. Comme l'abri n'était suffisamment large que pour les palanquins, les deux fiancées se tenaient assises l'une à côté de l'autre, vêtues de leur robe de mariage, sous le pavillon.....

Et la plus modeste se mit à pleurer....

L'enfant pêcheur

 

  • Il était une fois un vieux pêcheur qui ne possédait qu'un bateau et un filet. Il pêchait sur la rivière du Dragon la journée et dormait dans son bateau la nuit au bord de la rivière. Il vivait pauvrement.

    Cette année-là, au mois de juin, au moment des crues, l'eau avait rempli le lit de la rivière. Les vagues déferlaient en faisant un grand bruit. Le vieux pêcheur qui avait passé sa vie à pêcher savait bien que si l'on pêchait au moment des crues, le bateau risquerait d'être renversé par les vagues.

    Le vieux pêcheur était inquiet en voyant que les jours s'écoulaient sans qu'il pût travailler, et que le niveau des eaux ne baissait toujours pas. N'ayant pas envie de dormir, il s'assit au bord de la rivière et fixait ses yeux sur l'eau.

    Il vit tout à coup s'élever de l'eau un feu doré scintillant....

Les ruses du chasseur de Feng Xuefeng

Au sud de l'état de Chu, vivait un chasseur qui, sur sa flûte de bambou arrivait à imiter toutes sortes de cris d'animaux.

Muni d'un arc, il se rendait près du fortin et imitait l'appel du cerf. ... Des cerfs arrivaient et le chasseur les tuait avec des flèches enflammées.

Un jour, en l'entendant imiter le cri du cerf, un loup accourut. Le chasseur, pris de frayeur, imita un rugissement de tigre. Le loup s'enfuit  mais un tigre parut. Terrifié, le chasseur imita le grognement du grand ours. Le tigre s'en fut, mais un ours énorme se présenta.Ne trouvant qu'un homme, il se jeta sur lui et le mit en pièces..

Comment la mer est devenue salée.

Il y a fort longtemps, vivaient en Chine deux frères, Wang l'aîné était le plus fort et brimait sans cesse son cadet. A la mort du père, Petit Wang n'avait plus un grain de riz et il s'en alla pêcher au bord de la mer. Mais il rentra les mains vides,  non sans avoir rapporté une meule qu'il avait aperçue sur le chemin.

A la maison, il posa la meule par terre et , de dépit, lui donna un coup de pied . La meule se mit à tourner, à tourner et à moudre. Et il en sautait du sel, des quantités de sel. Mais Petit Wang commençait à s'inquiéter car il ne savait comment l'arrêter. Soudain, il eut enfin l'idée de la retourner et elle s'arrêta...
A partir de ce jour, Il poussait la meule du pied et échangeait le sel avec ses voisins. Il ne manquerait plus de rien...

L'acteur d'opéra de Pékin

Le peintre Li-Feng-mien choisit des sujets traditionnels attrayants, comme cet acteur de l'opéra classique, dans le plus pur style "sie-i", raffiné et pur, dans lequel chaque trait a son importance. Il utilisait peu de couleurs, le bleu et la terre de Sienne, coupées d'encre... Presque tous ses tableaux sont carrés.

En marge des formes d'art officielles et académiques comme la peinture des fleurs et des oiseaux, sa technique mêle des éléments européens ( il a séjourné à Paris au début du siècle dernier) et chinois, avec une liberté d'expression et une vivacité du trait remarquables...