Le Chubu

 La région Centre, entre le Kantô et le Kansaî est dominée par les " Alpes françaises". La route de Magome est parsemée de petites villes d'étape sur la route Edo-Nagano avant l'établissement du chemin de fer en 1911, aux maisons anciennes de l'époque Edo (17ème-19ème siècles). On est bien loin des magnifiques estampes d'Hiroshige... encore que des soins attentifs de préservation  ont maintenu en bon état ces maisons à Tsumago.
Rappelons que, de voyage en voyage, l'oeuvre du peintre Hiroshige se diversifiait, il changeait d'angle de vue, entreprenant de refaire les chemins qu'il avait parcourus avec les cortèges officiels, préparant des projets avec des éditeurs. Hiroshige ne fut jamais rassasié du spectacle de la Nature, et dans un registre très différent de celui de Hokusai, il s'imposa comme le maître du paysage au Japon...

Isé

 A Isé on plonge dans les racines de la culture japonaise, le shintoisme et le rapport étroit avec la nature qui y est vénérée. Les temples seulement accessibles aux prêtres et à l'empereur se nichent au sein d'une forêt sacrée, aux arbres magnifiques. Une ambiance toute particulière : les temples ont gardé une architecture primitive remontant a l’époque protohistorique....

Les rites religieux du Japon sont apparus avant toute autre forme de gouvernement. Les Japonais rendaient un culte à toute force de la nature. Les montagnes, les rivières, les forêts, le soleil, la lune ou tout autre phénomène étaient des manifestations divines. Ce n'est que plus tard que, pour la distinguer du bouddhisme, on appela Shinto, la voix des Dieux....

Les bains traditionnels et l'art des jardins

Appelés onsen, les bains traditionnels  sont alimentés par l'eau de la montagne qui ruisselle au-dessus. Parfois, cette eau est légèrement radioactive, et par là même très tonifiante...Les bains publics existent au Japon depuis l'ère Edo. Certains bains sont naturellement alimentés d'eau de source chaude.

Les jardins furent longtemps  l'oeuvre d'une élite intellectuelle, la plupart maîtres de la cérémonie du thé. L'époque Muromachi ( 14ème au 16ème siècles) correspond à l'âge d'or des jardins japonais qui atteignent un niveau artistique très raffiné sous l'influence de la pensée zen et de l'éthique du théâtre Nô, symbolisé par le masque. Les trous percés à la place des yeux  réduisent le champ visuel de l'acteur, qui se concentre dans un univers intérieur...

L'estampe

Mais, avant tout, apprenez que le papier apparut, dans l'histoire du Japon,  sous forme de rouleaux calligraphiés de textes sacrés bouddhiques. La fabrication du papier, issue de feuilles de trois arbustes, le kozo, le mitsumata et le gampi existe encore à l'état artisanal...

Durant la période Edo, le Japon voit apparaître un grand nombre d'écoles de peinture et de genres picturaux variés. A l'époque, la peinture, réalisée sur du papier ou de la soie était très chère. Les artistes se tournèrent vers la xylogravure, qui consiste à appliquer une feuille de papier sur une planche de bois préalablement gravée d'un dessin et enduite d'encre. L'image ainsi obtenue par impression peut être tirée à plusieurs exemplaires...

Hokusai décline l'estampe dans les Cent vues du mont Fuji ( 1834 )....

Nagoya

 
Le ferry  s'impose pour traverser la baie de Nagoya, et ce trajet permet d’éviter tout un espace urbain. Le ferry sera le seul transport en commun emprunté au cours du voyage.
La  petite ville d'Inuyama reçoit les citadins de Nagoya, amateurs de pêche aux cormorans sur la rivière Kiso, baptisée le Rhin du Japon et c'est à partir d'Inuyama qu'on se rend au village Meiji, où sont rassemblées : gares, mairie, maisons d'écrivains célèbres de l'ère Meiji. Les bâtiments édifiés à l'époque sont d'inspiration occidentale mais les Japonais y portent un intérêt particulier, ce qui est révélateur des progrès immenses du Japon en si peu de temps....