Vers les Indes ?

 La matière de la dispute à l'époque de Colomb était que les savants de Salamanque avaient fait des calculs plus précis que les siens, et qu'ils pensaint que la Terre  était plus vaste que ce que notre Gênois croyait. Colomb, bon  navigateur mais piètre astronome, pensait que la Terre était plus petite que ce qu'elle était. Naturellement, ni lui ni les savants ne soupçonnaient qu'entre l'Europe et l'Asie, il y avait un autre continent. Colomb, tout en ayant tort, a poursuivi avec constance dans son erreur  et il a eu raison car il a trouvé autre chose que ce qu'il cherchait...

 

Cartes médiévales

Sur de nombreuses cartes médiévates, où l'on a déjà des représentations cartographiques  acceptables, sont encore dessinés les monstres mystérieux dont on pensait qu'ils habitaient ces contrées. Et donc ne soyons pas sévères avec ces cartes. C'est en les ayant en tête que Marco Polo a fin par arriver en Chine, les Croisés à Jérusalem et peut-être les Irlandais ou les Vikings en Amérique... Il suffit de regarder une carte pour comprendre comment de bons navigateurs sur des drakkars ont pu arriver à l'extrême nord du continent américain et comment Christophe Colomb a rejoint l'Amérique centrale.. Et à peine achevé le tracé des contours  de toutes les terres jusque-là connues, trois caravelles commençaient la découverte d'une autre moitié du monde...

Le Moyen-Age

C'était une époque de grands voyages mais, avec des routes défoncées, des forêts à traverser et des bras de mer à franchir en confiant son sort à un passeur, il 'était impossible de tracer des cartes adaptées, Elles étaient purement indicatives et enjoignaient  le pèlerin à aller vers le sud si on voulait aller de Rome à Jérusalem et de demander sa route chemin faisant.

Pour le reste, les voyages médiévaux étaient imaginaires. Le Moyen-Age produit surtout des encyclopédies qui cherchent à satisfaire le goût du merveilleux. en racontant les pays lointains et inaccessibles et ces livres sont tous  écrits par des gens qui n'avaient jamais vu les lieux dont ils parlaient....

Géographies imaginaires

Dans la seconde moitié du 12ème siècle, était venue en Occident une lettre qui racontait comment, dans le lointain Orient, au-delà de ces terres que les Croisés avaient essayé de soustraire à la domination des infidèles, mais qui étaient retombées sous leur joug, fleurissait un royaume chrétien. 

Traduite et paraphrasée maintes fois au cours des siècles, en diverses langues et versions, la lettre a eu une importance décisive pour l'expansion de l'Occident chrétien vers l'Orient.


Autre exemple : c'est pour trouver cette terre australe que d'infatigables navigateurs, de Bougainville à Cook ont exploré le Pacifique. Grâce à une cartographie imaginaire, on a fini par découvrir la véritable Australie, et  ce avec des erreurs fécondes de géographie imaginaire..
source: Umberto Eco - congrès de géographie 2002