En Chine

Les disciples du zen attribuent avec humour à Bodhi-Dharma ( moine indien qui introduisit la forme zen du bouddhisme en Chine en 520 ) l'origine du thé. On raconte que le moine était en méditation quand, sentant le sommeil venir, les paupières se fermèrent et une plante appelée cha sortit de terre et donna aux méditants le moyen de rester éveillé...
Sous la dynastie des Tang ( 607-906 ) Lu Yu, chantre du thé, décide d'écrire un traité qui traite autant des vertus de la plante, que de l'eau et des théières. A cette époque, le thé était bu fouetté, la poudre de thé battue dans l'eau bouillante, comme au Japon plus tard...

Pour comprendre l'idéogramme cha, apparu au 7ème siècle et té dix siècles plus tard, il faut se rappeler qu'il eistait deux routes : l'une terrestre qui passait par Canton et qui remontait les pistes caravanières du nord et l'autre maritime que l'on doit aux négociants hollandais qui débarquent au Fujian où l'on parle du té...

Autour du thé

Les Asiatiques boivent principalement du thé vert alors que 90% des exportations de thé dans le monde sont du thé noir.

En Chine, les maisons de thé où l'on venait chercher l'eau chaude, ont été en partie détruites mais l'homme de la rue reste un inséparable de son thermos ou de ses bocaux dans lesquels on reverse sans cesse de l'eau sur les mêmes les feuilles ..

Dans le sud-ouest de la Chine, certaines ethnies dégustent le thé en salade, en l'assaisonnant d'huile et d'ail. Mais, mis à part les Tibétains qui accompagnent leur thé de beurre de yack, le thé comme certains jardins célèbres Olong Cha s'apprécie tel quel. Parfois on le retrouve dans des pâtisseries ou des crèmes.

 

Les rizières par G.Clastres

En voyage, les rizières constituent un spectacle permanent : labourage, sarclage, paysan courbé sur son buffle, miroirs aquatiques, repiquage au cordeau, symphonies de vert, dorure de l'épi, moisson, battage,tapis de graines séchant à l'entrée des maisons, gerbes accrochées aux fenêtres. En Asie, les petites parcelles et les terres gagnées sur les montagnes ont transformé les paysans en de véritables sculpteurs agricoles.

Pendant toute la période d'irrigation, l'eau va être conduite et répartie avec soin. Elle peut descendre des montagnes par des procédés astucieux de canaux; d'autres fois, sous les pousses, les eaux deviennent de véritables viviers à poissons et les agriculteurs refoulent l'eau douce dans les champs. Puis, effectuée avec une petite faucille en Asie, la moisson s'apparente à du jardinage....

Fêtes et rituels

Au nouvel an, le riz apparaît sous forme de niangao, pâtisseries cuites à la vapeur. A l'occasion de la fête des Lanternes, on déguste des boulettes de riz glutineux, fourrées au sésame, qui symbolisent la première pleine lune de l'année.

A la mi-mai, c'est le tour des zongzi, gâteaux de riz fourrés enveloppés dans des feuilles de lotus que l'on mange en souvenir du poète Qu Yuan. Tombé en disgrâce, il se noya dans le fleuve, mais pour éviter que son corps ne soit dévoré par les poissons, les villageois jetèrent des gâteaux de riz dans l'eau.

Il faut dire enfin que le riz se décline en une grande variétés d'alcools.