Balzac et son "garde-manger".

Un précieux carnet d'Honoré de Balzac, seul journal de travail connu de l'écrivain, dont on connaissait l'existence mais qui avait disparu, a été retrouvé par le fondateur du Musée des lettres et des manuscrits en 2011. Ce carnet oblongue ou "journal de bord" que Balzac appelait son "garde-manger" est rempli de notes manuscrites à l'encre noire, sépia et violette, de croquis, pensées, plans et aphorismes sur l'ensemble des livres qui composent la "Comédie Humaine".
 
Après la mort de l'écrivain, il a appartenu à plusieurs grands collectionneurs privés. Contrairement à Victor Hugo, c'est le seul carnet de travail de Balzac connu. Balzac en parle deux fois dans son oeuvre. Il "confirme l'énorme liberté de l'écrivain qui cachait dans sa vie ce qu'il livrait dans son oeuvre sur tous les sujets qui le passionnaient..."

Le journal de bord de Pythéas remis en question

Vraisemblablement parti de Massalia, Pythéas, l'un des premiers explorateurs grecs à avoir  rejoint l'Atlantique après avoir franchi le détroit de Gibraltar, bien que certains auteurs n'écartent pas l'hypothèse d'un voyage fluvial jusqu'au débouché de la Gironde ou de la Loire, son voyage s'est ensuite poursuivi vers la Grande-Bretagne. Poussant plus au nord au large des Orcades, il atteint une région où la nuit ne durait que deux heures. Il a également évoqué l'île de Thulé,  située sur le cercle arctique, ainsi qu'une zone de la mer où la navigation devient impossible, l'océan ressemblant à une méduse, peut-être un mélange de glace et d'eau....

L'association de son nom à l'ambre, conduit certains auteurs à imaginer que Pythéas, à son retour, aurait également exploré la mer Baltique. En réalité, les étapes de son voyage restent largement inconnues. Quant à l'emplacement de Thulé,  il reste de nos jours sujet à débat ; il pourrait s'agir de l'Islande ou de la Norvège.... Pythéas ! Un affabulateur ou un marin dont ses contemporains n'ont pas reconnu l'exploit....

 

Jacques Cartier et le Québec

Jacques Cartier avait déjà fréquenté les côtes brésiliennes et celles de Terre-Neuve. Aussi François Ier finance-t-il l’expédition de Cartier en 1534. Le roi lui demande de «faire le voyage de ce royaume es terres Neufves pour descouvrir certaines ysles où l’on dit quìl se doibt trouver grant quantité d’or et autres riches choses». Cartier, à la tête de deux petits navires, part de Saint-Malo le 20 avril 1534. Vingt jours plus tard, il parvient à Terre Neuve, puis il explore le golfe du Saint-Laurent, rencontre plus de deux cents Iroquois, avec qui il cherche à faire du troc. Il faut souligner qu’il pensait alors avoir découvert l'Orient...

Mais le mauvais temps le force à reprendre la route de Saint-Malo, où il débarque le 5 septembre. Hélas, 1534, c'est précisément l'année où débutent en France les guerres de religion. Paralysée par ce conflit religieux, la France a d'autres soucis que de coloniser l'Amérique du Nord, d'autant qu'un peu plus tard, l'écho du sinistre hiver canadien, affronté par Cartier lors de son deuxième voyage en 1535, n'est pas engageant...

Journal de bord de Charles Darwin sur le Beagle 1831-36

A peine âgé de 22 ans, en 1831, Charles Darwin fut appelé à prendre part à une expédition scientifique, envoyée par le gouvernement anglais pour reconnaître, en détail, l'extémité sud du continent américain à bord du Beagle, c'est-à-dire du Limier,

La relation du voyage était écrite par Darwin, d'une façon très intéressante car on y trouve des traces éparses de la voie qu'il a suivie pour arriver à ses idées sur la théorie de l'origine  des espèces.

L'espéditon avait pour mission de compléter l'étude des côtes de la Patagonie et de la Terre de Feu et de quelques îles du Pacifique, qui vont s'avérer être les actrices principales de cette expédition : avec toute leur faune et leur flore, comme aux îles Galapagos....De là Darwin rapportera un matériel scientifique tout à fait étonnant....

Ibn Batouta, le géographe par excellence.

La figure d'Ibn Batouta est souvent comparée à celle plus connue de Marco Polo, commerçant vénitien qui explora la Chine et la Mongolie au 13ème siècle. Cependant les différences entre les deux personnages sont notables. Si Marco Polo et ses frères quittèrent Venise pour des raisons commerciales, Ibn Batouta s'intéressa principalement aux pays musulmans et voyagea pour des raisons intellectuelles..

Ibn Batouta est le seul voyageur médiéval connu à avoir visité les pays de chaque gouvernant musulman de son temps. Il a été le seul à avoir connu l'ensemble du Dar El Islam de son époque ! Ses étapes maritimes montrent que les musulmans du 14ème siècle dominaient l'activité maritime en Mer Rouge, dans le golfe arabo-persique, dans l'océan indien et en Mer de Chine. Son apport à la géographie du 14ème siècle est fondamental.... Le manuscrit autographe des récits d'Ibn Battuta  est déposé à Paris à la Bibliothèque Nationale. D'autres existent à Constantine, à Fès et en Espagne. Mais les spécialistes s'accordent à dire que le manuscrit de la Bibiothèque Nationale est le plus authentique.

Journal de bord d'un conducteur de l'Orient Express


Nous parcourons le journal de Jules Fradet - conducteur de l'Orient-Express. Ce dernier nous livre son ressenti au travers de  ses multiples voyages,  depuis Paris jusqu'au Caire, en passant par Venise.

Nous assistons au départ de Jules Fradet, un jour de janvier 1910. Je suis à bord et je vois le quai disparaître." A Lausanne," une épaisse couche de neige semble envelopper les abords de la gare." A Venise, 'les rivages de la lagune annoncent notre venue.  A chaque coin de rue et de pont, une brume fantomatique." A Sarajevo, le 28 juin 1914, la venue de François-Ferdinand d'Autriche-Hongrie est annoncée" mais il est déjà sur le chemin d'Istanbul et la mosquée bleue puis Jérusalem où il parcourt la vieille ville  avant d'arriver au Caire. C'est la fin du voyage...