C'est une flûtiste coréenne, Soyoung Lee qui parle d'une statuette bouddhique, exposée au Met de New-York. 

L'aspect religieux ne la concerne pas vraiment. Ce qui ressort avant tout, dans la contemplation de cette statuette, c'est le calme et en même temps beaucoup d'énergie. On peut se vider l'esprit en restant les yeux fixés sur la statuette. Son visage semble changer, selon que l'on le regarde de près ou de loin. Mais, en aucun cas, plane du religieux autour d'elle...