Bijoux grecs

Les bijoux de l'Antiquité classique parvenus jusqu'à nous sont pour la plupart en or. D'autres métaux, l'argent, très fragile, ou l'électrum, alliage naturel d'or et d'argent, ou encore le bronze, ont aussi été utilisés par les orfèvres antiques, mais l'or, parce qu'il est extrêmement malléable et qu'il ne s'oxyde pas, est le métal précieux par excellence. On le trouvait soit en pépites dans certaines rivières, comme le Pactole en Asie Mineure, soit dans des filons rocheux en Thrace, en Macédoine ou dans le Caucase, par exemple.

Les pierres précieuses et semi-précieuses utilisées à l'époque hellénistique et dans le monde romain sont principalement le grenat ou l'améthyste. Des pierres dures – calcédoine, cornaline, agate – sont employées depuis des périodes plus hautes.

Un très grand nombre de bijoux ont été découverts au cours de fouilles, puisque les Anciens avaient coutume d'ensevelir les morts avec des éléments de parure en plus des objets d'usage courant. Certains de ces bijoux devaient, en raison même de leur fragilité, être destinés à un usage essentiellement funéraire. On a par ailleurs recueilli dans les trésors de temple des objets votifs, des couronnes par exemple, souvent associés à des ustensiles en métal précieux.

Mycènes est décrite par Homère comme une ville riche en or, et les fouilles des tombes princières ont mis au jour des objets d'une richesse exceptionnelle...