Architecture/religion

La Transoxiane servait de lieu d'exil aux indésirables, de sorte que presque toutes les confessions s'y retrouvaient : christianisme nestorien, bouddhisme,... Parcourir ces terres légendaires, c’est suivre Cyrus le Grand, Gengis Khan, Tamerlan et l’ancienne Route de la Soie au travers des steppes qui recèlent dans leur immensité tant de nos trésors historiques et dans nos bibliothèques les fondements de l’algèbre. Revendiquant la descendance de Gengis Khan de par ses lointains ancêtres, Timour, né près de Shahrisabz, se fait élire émir de Transoxiane en 1370. Timour et ses successeurs ont réalisé en Transoxiane une œuvre artistique et architecturale immense dont il ne reste malheureusement plus que quelques vestiges. Seules ont subsisté les ruines des quelque deux cents édifices, jardins, caravansérails, mosquées, mausolées, khanakas et médersas recouvertes de revêtements de céramique émaillée polychrome. Les bâtiments présents de nos jours ont été restaurés sinon reconstruits à l’époque soviétique. Depuis l'éclatement de l'URSS, ce sont à des artisans iraniens que les autorités ont fait appel. La qualité de la restauration est remarquable...