Observatoires antiques

Alors qu'à l'évidence, les peuples de l'Antiquité s'intéressaient aux cieux, ce n'est qu'à l'âge de bronze ( 3000  à 600 ans av JC) que des monuments impressionnants , souvent à thème astronomique, sont apparus. Celui de Stonehenge, au sud de l'Angleterre  est un des nombreux monuments antiques - cercles de pierre, tertres funéraires et autres ouvrages de terrassement .

Ce sont les lintaux de pierre de vingt cinq tonnes, perchés à quatre mètres de hauteur ou les piliers de terre de cinquante tonnes qui interrogent quant à leur construction car de pareils monuments ont dû repousser les limites de la technologie de l'époque, même si nulle magie ou talent d'architecte venu d'un autre monde n'ont été utiles. L'examen attentif des pierres en grès, trous de poteaux, cavités, voies et talus a conduit certains archéologues à y voir les témoignages d'un observatoire astronomique conçu comme un cadran solaire pour célébrer la succession des saisons et calculer les dates des solstices d'été et d'hiver.En tout état de cause, le tracé d'ensemble a été réalisé en ayant à l'esprit les trajectoires du Soleil et de Lune dans le ciel.

Il y a d'autres exemples d'observatoires préhistoriques : les tumulus de Newgrange et Maeshowe, en Irlande et en Ecosse, construits en sorte que les rayons du Soleil levant au solstice d'hiver éclairent les chambres mortuaires centrales; tumulus au Portugal, superposition de pierres, dans l'île de Minorque. Les civilisations qui ont bâti ces édifices n'ont laissé aucun écrit. Mais ces témoignages durables, de pierre et de terre montrent toute l'importance accordée à la connaissance des cieux...