Le Louvre du désert

Aperçu de la voûte de pierre, ajourée du Louvre d'Abou Dhabi

Le futur musée n’est en rien une copie du Louvre à Abu Dhabi, mais une institution originale, qui formule une proposition de musée universel, reflet de son temps et de la tradition locale qui l’accueille. Il s’appuie sur un dispositif inédit de présentation des collections qui associe durant dix ans, sur un principe de rotation, des prêts des collections françaises et la collection propre du Louvre Abu Dhabi.

Sélectionné pour concevoir ce musée, Jean Nouvel, lauréat du prix Pritzker, s’est laissé guider par la dimension exceptionnelle du site de Saadiyat : une île lagunaire, vierge, entre le sable et la mer, entre ombre et lumière. Son projet promet au futur visiteur une expérience architecturale et muséale de grande intensité, au service d’un dialogue entre les cultures. 

 

Inspiré du système de falaj de l’ancienne ingénierie arabe, un circuit d’eau traverse le musée, faisant de ce lieu un havre de fraîcheur invitant à la promenade au bord de l’eau. Les  perforations du toit du musée laissent entrer la lumière du jour sans apports solaires excessifs ; les matériaux, de couleurs claires et reflétant la lumière, utilisés dans la construction renvoient la chaleur au lieu de l’absorber.

L'homme qui marche, une sculpture de Rodin trône dans le hall d'entrée et une toile de David présentant Napoléon à cheval sont des prêts de plusieurs musées français comme le musée d'Orsay, musée Branly et même Versailles...