30. déc., 2017

Poèmes saturniens

Caprices

Et tu coules toujours, Seine,et tout en rampant,
tu traînes dans Paris ton corps de vieux serpent.
De vieux serpent heureux, emportant vers tes havres
Tes cargaisons de bois, de houille et de cadavres !

Paul Verlaine