13. févr., 2018

La chaussée des Merry men de Stevenson

Quoique nous n'ayons que depuis peu dépassé le solstice d'été, la nuit était aussi sombre qu'en janvier. Un crépuscule incertain. visible par intervalles, alternait avec des moments d'obscurité complète : les cieux tout entiers paraissaient claquer comme une immense voile sous l'effet du tonnerre et au loin les rafales de vent balayaient l'espace dans un bruit lugubre... Emportés par la tempête, des paquets d'embruns, mêlés de pluie pilonnaient sans cesse les récifs et les plages.  

Le jour du solstice d'été, la Terre présente son pôle Nord au Soleil et cache son pôle Sud. L'astre du jour monte au plus haut dans le ciel de l'hémisphère nord et au plus bas dans l'hémisphère...