22. janv., 2018

Albrecht Dürer (1471-1528)

On n'échappe pas à sa famille, aurait pu se dire Albrecht Dürer. Comment ne pas s'intéresser aux arts lorsque son grand-père était orfèvre en Hongrie ? Comment ne pas chercher à percer le mystère de la beauté quand on est élevé dans l'atelier d'un père admirateur inconditionnel du peintre van Eyck ?

Il est attendu de pied ferme à ..... : fini, les voyages et la jeunesse, il lui faut s'établir ! Il ouvre son propre atelier et se lance dans une intense activité de création. Mais peintre n'est pas un métier d'avenir, il doit trouver une autre source de richesse : ce sera la gravure, genre encore nouveau mais promis à un bel avenir grâce au passage de la gravure sur bois à la gravure sur cuivre qui permet de multiplier les effets d'ombre et de clair-obscur. Il se lance donc dans la diffusion à large échelle de ses estampes qui contribuent à rendre célèbre à travers toute l'Europe son monogramme, un D inséré dans un grand A.