21. janv., 2018

Un satellite miniature français

Pas plus gros qu’une boîte à chaussures, PicSat a été lancé et mis en orbite avec succès depuis l’Inde. Les nanosatellites ne sont pas des satellites quelconques. Contrairement à leurs grands-frères bardés de composants lourds, ces engins qui gravitent autour de la Terre ne pèsent pas plus de 10 kg. Un format qui permet depuis une vingtaine d’années à des étudiants du monde entier de mener leurs propres expériences avec un budget limité.

L’appareil, qui s’est fait plutôt discret dans les médias, est pourtant un pionnier : fruit du travail des chercheurs de l’Observatoire de Paris et du CNRS, il est le premier nanosatellite, tous pays confondus, à avoir pour mission de scruter un autre système planétaire. Une prouesse.L’objectif de l’aventure PicSat est de mieux comprendre comment se forment les systèmes planétaires comme le nôtre, un débat qui n’est pas totalement tranché. La Terre, la Lune et leurs compagnons sont-ils nés d’une simple agrégation de matière ou des collisions sont-elles entrées en jeu dans leur formation ? Le scénario pourrait se préciser dans quelques mois.