Blog thés/épices

24. janv., 2018

La découverte des épices est  toujours en lien avec une expédition ou la conquête d’un territoire.

 Ainsi, il fallut attendre les conquêtes de l’Orient d’Alexandre le Grand pour découvrir les richesses aromatiques de l’Asie. Se rendant dans des régions encore peu explorées, il découvrit des épices encore inconnues.

Durant des siècles, les peuples Arabes et Vénitiens maîtrisaient le commerce des épices et faisaient d’immenses bénéfices. En effet, les connaissances en matière de navigation et les bonnes relations avec les producteurs permettaient d’avoir un quasi-monopole sur ce commerce. Ainsi Marco Polo (explorateur, commerçant Vénitien) avec le Livre des Merveilles  décrivait toutes les épices qu’il avait découvertes au cours de ses voyages en Asie.

 A la fin du XVIème siècle, de nouvelles données empêchèrent la poursuite du monopole Arabo-Vénitien : les pirates rendirent les routes vers l’Asie peu sûrs et la découverte de l’Amérique permit de trouver des épices encore inconnues (Vanille, Piment…). La découverte des nouveaux arômes et leur contrôle fut d’ailleurs l’un des enjeux principaux de la colonisation rapide du continent Américain.

Siècle après siècle, par le développement des techniques de transport, l’augmentation de l’offre et de la concurrence, le commerce des épices s’est rationalisé.

.Marius et Baptistin

 
24. janv., 2018

Originaire d’Inde, le gingembre est l’une des premières épices à être importée en Europe. Comme de nombreuses épices, le gingembre était employé dans le processus de momification dans l’Égypte ancienne.

 Il se répand très vite en Europe et dès le 1er siècle, il a totalement envahi le bassin méditerranéen.

Le gingembre devient très vite un "chouchou" de la cuisine grecque et romaine. Son origine, comme celle de la cannelle ou encore du clou de girofleétait jalousement gardée par les marchands et on a pendant longtemps cru que le gingembre était la racine du poivre. 

Il est très utilisé dans la cuisine réunionnaise et la cuisine créole, mais aussi dans la cuisine indienne, chinoise et de toute l'Asie : Thaïlande, Indonésie, Vietnam, etc.

 C'est une des épices les plus utilisées pour les mélanges d'épices, on le retrouve par exemple dans le garam masala, le mélange d'épices tandoori, ou encore le curry.

La cardamome noire est originaire d’Arabie et de Syrie, on la retrouve aussi à l’état naturel sur les contreforts de l’Himalaya. Actuellement, elle est cultivée en Asie du Sud-Est, en Chine pour la plupart, mais aussi en Inde ou au Népal, même si le plus souvent elle pousse de manière sauvage.

On la reconnaît à sa couleur caractéristique brun foncé faisant penser à un cuir usé et sa taille qui est un peu plus imposante que la cardamome verte.

Les gousses sont récoltées uniquement à la main et juste avant maturité, afin de conserver les graines à l'intérieur des carpelles.En Inde, c'est une épice qui est utilisée comme aromate, comme plante médicinale et comme encens pour parfumer les maisons.

 

 

 

24. janv., 2018

Il existe deux sortes de cannelles : l'une venant de Ceylan plus fine et l"autre, originaire de Chine ou Indonésie, qui fait partie de la pharmacopée chinoise.

La cannelle est une épice connue et utilisée depuis l'Antiquité, où elle était plus employée pour ses vertus thérapeutiques que pour ses propriétés culinaires.

L'usage du bois épicé a encore une place prépondérante dans les cérémonies religieuses.

 Comme de nombreuses épices les Égyptiens l'utilisaient pour embaumer les momies.

Les Chinois cultivaient déjà une espèce de cannelier 2 500 ans av JC qu'ils utilisaient pour leur pharmacopée. C'est en empruntant la route de la soie qu'elle est arrivée en Europe.

A la base, le paprika est un poivron originaire d'Amérique du Sud, et a été importé par les colons espagnols, mais c'est aujourd'hui un des symboles de la cuisine hongroise.

En Espagne, on retrouve aussi son cousin direct, le pimenton de la Vera, qui est un paprika fumé considéré comme un des meilleurs au monde.

 

 



24. janv., 2018

L'utilisation des épices, en cuisine ou en médecine, remonte à plus de 5000 ans avant notre ère. Durant l’Antiquité, en Mésopotamie, les Babyloniens connaissaient déjà les différentes vertus des épices, que ce soit gustatives, leurs propriétés médicinales et leur utilité en parfumerie...

Le curcuma très utilisé en cuisine indienne  possède une place de choix dans d'autres cuisines asiatiques. Il n'arrivera en Europe qu'à partir du 18e siècle, grâce aux grandes puissances navales hollandaise, anglaise, portugaise et française. Ce n'est qu'au 19e siècle que Joseph Hubert l'apportera dans les îles et dans la cuisine créole où il est utilisé à toutes les sauces, particulièrement sur l'ile de la Réunion. Le terme curcuma est un dérivé du mot arabe "kourkoum" qui signifie "safran".

 La badiane chinoise est le fruit du badianier de Chine. Il forme une étoile à huit branches, d'où son autre nom : anis étoilé. Anis car la badiane possède un goût très anisé. Lors de la cueillette, les fruits sont verts, c'est seulement après un séchage au soleil qu'ils prennent leur couleur marron caractéristique. L'introduction de cette épice en Europe s'est faite par le biais de Marco polo. Mais c'est seulement à partir de la Renaissance, que le fenouil de Chine deviendra très utilisé en Occident, après son importation par les Anglais.

En Inde, on s'en sert comme encens pour parfumer les maisons.

 

24. janv., 2018

Ces grands thés tirent leur nom du chinois ‘Wu Long’ qui signifie ‘Dragon Noir’ et qui symbolise l’autorité et la noblesse. Les plus connus à travers le monde sont ceux produits sur l’île de Formose (Taïwan) mais ils trouvent leur origine dans le Fujian. Appelés « semi- fermentés », « semi-oxydés », ou encore « thés bleu-vert », ils sont à mi-chemin entre thé vert et thé noir. Ils allient la saveur tonifiante du premier et la douceur du second. En résulte une immense palette aromatique