23. janv., 2018

Thés verts

Ce sont les navigateurs Portugais qui importent en premier le thé en Europe au milieu du 16èmesiècle, et pas de Chine mais du Japon.

Ils importent aussi leurs habitudes de consommation et le thé devient vite la boisson phare de la cour royale portugaise où on prend la coutume de le boire.

En Russie et en Europe de l’Est, le thé arrive via la route de la soie depuis la Chine. Ce n’est qu’au milieu du 17ème siècle qu’il arrive dans le pays du thé, l’Angleterre, où il est d’abord utilisé comme médicament.

En 1658 on trouve pour la première fois du thé en vente dans le coffee house de Thomas Garraway, qui sera racheté 50 ans plus tard par Thomas Twining. Twining ? Eh oui la maison a plus de 300 ans d’existence !

La consommation du thé va mettre une dizaine d’années à se généraliser dans le pays par le biais de la princesse portugaise Catherine de Bragance. En effet, elle se marie en 1662 avec le roi Charles II d’Angleterre, et ramène du Portugal un stock de thé et d’accessoires qu’elle va vite populariser dans le pays.

La majorité des thés consommés de nos jours, provient d’une variété d’Inde et de Ceylan (Sri Lanka), et son histoire n’est pas banale : En 1834, les Britanniques perdent le monopole du thé en Europe. C’est alors qu’ils ont l’idée de lancer leur propre culture du thé dans leurs colonies indiennes. Pour ce faire, ils envoient Robert Fortune en Chine afin d’espionner leur savoir-faire. Sa mission fut un franc succès, car il réussit à ramener en Inde 8 des fabricants les plus réputés, ainsi que plus de 20 000 théiers.