24. janv., 2018

Les épices/ curcuma et badiane

L'utilisation des épices, en cuisine ou en médecine, remonte à plus de 5000 ans avant notre ère. Durant l’Antiquité, en Mésopotamie, les Babyloniens connaissaient déjà les différentes vertus des épices, que ce soit gustatives, leurs propriétés médicinales et leur utilité en parfumerie...

Le curcuma très utilisé en cuisine indienne  possède une place de choix dans d'autres cuisines asiatiques. Il n'arrivera en Europe qu'à partir du 18e siècle, grâce aux grandes puissances navales hollandaise, anglaise, portugaise et française. Ce n'est qu'au 19e siècle que Joseph Hubert l'apportera dans les îles et dans la cuisine créole où il est utilisé à toutes les sauces, particulièrement sur l'ile de la Réunion. Le terme curcuma est un dérivé du mot arabe "kourkoum" qui signifie "safran".

 La badiane chinoise est le fruit du badianier de Chine. Il forme une étoile à huit branches, d'où son autre nom : anis étoilé. Anis car la badiane possède un goût très anisé. Lors de la cueillette, les fruits sont verts, c'est seulement après un séchage au soleil qu'ils prennent leur couleur marron caractéristique. L'introduction de cette épice en Europe s'est faite par le biais de Marco polo. Mais c'est seulement à partir de la Renaissance, que le fenouil de Chine deviendra très utilisé en Occident, après son importation par les Anglais.

En Inde, on s'en sert comme encens pour parfumer les maisons.