24. janv., 2018

La route des épices

La découverte des épices est  toujours en lien avec une expédition ou la conquête d’un territoire.

 Ainsi, il fallut attendre les conquêtes de l’Orient d’Alexandre le Grand pour découvrir les richesses aromatiques de l’Asie. Se rendant dans des régions encore peu explorées, il découvrit des épices encore inconnues.

Durant des siècles, les peuples Arabes et Vénitiens maîtrisaient le commerce des épices et faisaient d’immenses bénéfices. En effet, les connaissances en matière de navigation et les bonnes relations avec les producteurs permettaient d’avoir un quasi-monopole sur ce commerce. Ainsi Marco Polo (explorateur, commerçant Vénitien) avec le Livre des Merveilles  décrivait toutes les épices qu’il avait découvertes au cours de ses voyages en Asie.

 A la fin du XVIème siècle, de nouvelles données empêchèrent la poursuite du monopole Arabo-Vénitien : les pirates rendirent les routes vers l’Asie peu sûrs et la découverte de l’Amérique permit de trouver des épices encore inconnues (Vanille, Piment…). La découverte des nouveaux arômes et leur contrôle fut d’ailleurs l’un des enjeux principaux de la colonisation rapide du continent Américain.

Siècle après siècle, par le développement des techniques de transport, l’augmentation de l’offre et de la concurrence, le commerce des épices s’est rationalisé.

.Marius et Baptistin