jeux de lumières

27. janv., 2018

Rappelez vous, dans le livre Le château des Carpathes, l’auteur écrit à la fin de son roman « Or,au moyen de glaces inclinées suivant un certain angle calculé par Orfanik, lorsqu’un foyer puissant éclairait ce portrait placé devant un miroir, la Stilla apparaissait, par réflexion, aussi « réelle» que lorsqu’elle était pleine de vie[…] », vous pouvez maintenant constater qu’il s’agit d’un Hologramme par réflexion que Jules Verne a mentionné dans son oeuvre. Souvenez vous,  ce roman a été rédigé entre 1886 et 1889. Le premier hologramme a quant à lui été créé en 1941 par Denis Gabor, même si en effet ce dernier s’était basé sur des travaux de prédécesseurs scientifiques comme Mieczysław Wolfke et William Lawrence Braggen dans le domaine de la microscopie à rayons X. Nous pouvons constater comme élément important que la période de rédaction du roman est antérieure à l’invention de l’hologramme, ainsi que des recherches qui ont permis à Denis Gabor d’élaborer le premier hologramme. Cela signifie que, la réaction des personnages du roman de Jules Vernes qui, à la vue de l’hologramme d’une personne défunte pensaient être face à un phénomène surnaturel, était légitime. L’insolite d’hier et l’ordinaire d’aujourd’hui est ici bien visible, en effet l’hologramme qui n’était encore pas inventé, ne peut susciter sur les personnages du roman, que de la stupeur face à la présence illusoire d’un défunt. 

 

27. janv., 2018

L'hologramme est le produit de l'holographie. Il s'agit historiquement d'un procédé de photographie en relief. Aujourd'hui, un hologramme représente une image en trois dimensions apparaissant comme « suspendue en l'air ». Le mot hologramme provient du grec « holos » (« en entier ») et « graphein » (« écrire »).

Le principe de l’holographie a été imaginé en 1948 par le hongrois Denis Gabor ). Mais elle a d'abord été pensée par Jules Verne, dans son livre "le Château des Carpathes", en 1892.

La méthode a été perfectionnée et présentée par les chercheurs de l’Université du Michigan Emmett Leith et Juris Upatnieks en 1964, à la suite de l’apparition du laser en 1961 qui a apporté le gain en luminance et les cohérences spatiale et temporelle nécessaires à leur enregistrement.

27. janv., 2018

Les objets qui provoquent une iridescence sont composés de microstructures. C'est notamment le cas des bulles de savon, des diamants ou des CD ou encore des élytres de certains scarabées, des ailes de certains papillons ou des coquillages nacrés.

L'agencement complexe de ces microstructures permet de renvoyer la lumière avec une longueur d’onde différente pour chaque direction. La carapace d'un scarabée, par exemple, se compose de couches empilées d'écailles transparentes. Positions et épaisseurs particulières font que les longueurs d’onde de la lumière blanche issue du Soleil interfèrent de manière différente. Ainsi, en fonction de l'angle de vue, la longueur d'onde — et donc la couleur — qui est renvoyée à l'observateur, change.

L’iridescence donne aux ailes du papillon morpho qui vit dans les forêts tropicales, une couleur bleu métallique

27. janv., 2018

Lorsque nous observons une bulle de savon en plein jour, nous pouvons voir des irisations rappelant les couleurs de l'arc-en-ciel. Pourtant le phénomène a une origine totalement différente.Ce phénomène vient des interférences optiques qui se produisent à la surface de la bulle.
Ça ne vient pas du même effet de prisme que l’arc-en-ciel, mais purement du caractère ondulatoire de la lumière.

Une bulle de savon qui danse sur la musique  Pas besoin de pinceaux pour peindre avec de la musique, c’est possible avec du savon ! Des chercheurs  ont présenté un dispositif pour observer l’effet du son sur les films de savon : plusieurs phénomènes physiques y dessinent des motifs spectaculaires et fascinants.