Blog feu

7. févr., 2018

Chacun de ces récits est très significatif de ce qui arrivait quand on allumait un feu : on pouvait le perdre, suite à une inondation, ou pour l'avoir déplacer et éteint après avoir traversé une rivière, ou à cause d'une pluie torrentielle. Une fois éteint, combien de temps se passerait-il, combien de générations jusqu'à produire à nouveau une flamme dansante? Et dans ces intervalles, on tissait le mythe de ce dieu aux pieds dansants et à tête de flammes chaudes et suggestives, qui s'éveillait dans le bois et dans les résines, dans la paille, dans une prairie. Avec la domestication du feu, commence à s'écrire une nouvelle histoire pour l'homme, avec tout ce que le feu peut transformer, fondre, durcir, modifier. De là l'importance qu'on commence à accorder aux soigneurs ou aux gardiens du feu, chose qui peut encore s'apprécier dans des villes grecques et romaines à des époques beaucoup plus récentes de notre histoire.

7. févr., 2018

Zhu Rong est le dieu du feu dans la mythologie chinoise. Il vit sur la montagne Kunlun et il enseigna à l'humanité l'utilisation du feu qu'avait créé Suiren. On le décrit comme un guerrier assis sur un énorme tigre. Il fut l'un des dieux qui aidèrent à séparer le ciel de la terre en mettant en œuvre l'Ordre universel. Dans certains mythes, il devint célèbre par sa lutte contre Gong Gong, un démon de l'eau responsable des inondations. Ils se battirent pendant des jours et des jours dans le ciel, jusqu'à ce qu'ils chutent tous deux sur la terre.

Finalement, Gong Gong fut vaincu et humilié. Dans d'autres mythes, Gong Gong agita les eaux du monde pour qu'elles aillent se briser contre la barrière céleste, ce qui produisit un retour au chaos. 

7. févr., 2018

Dans les mythes d'Océanie, c'est un héros qui vole le feu et l'amène sur terre. Olofat, fils d'une mortelle et du dieu du ciel, vit accidentellement à travers l'orifice d'un cocotier et il décida d'aller le voir au ciel. Il monta au ciel dans la fumée d'une pile de noix de cocotier. Après être passé par diverses aventures, il gagna un lieu dans le ciel. Il envoya au retour un oiseau tenant le feu dans son bec, qui le laissa dans certains arbres pour que les hommes puissent en disposer. Mais le feu ne vient pas toujours du ciel. Le héros Maui de Polynésie le ramène après avoir combattu le dieu du feu.

Ainsi Maui finit-il par connaître la façon de produire le feu, en ayant vaincu au combat le dieu du feu. Le dieu lui montra une grande quantité de fibre de noix de coco et des fagots de bois combustibles : des bâtons d'hibiscus, de banyan et d'autres arbres de cette région. Le dieu frotta deux petits bâtons tandis qu'il chantait une chanson invocatrice jusqu'à ce qu'apparaisse une petite colonne de fumée produite par le frottement d'un bâton sur un autre.avoir combattu le dieu du feu .

7. févr., 2018

Les Quichés du Guatemala parlent d'une époque où leurs ancêtres n'avaient pas de feu et souffraient du froid. Mais le dieu Tohil était le créateur du feu, et il en possédait un peu ; aussi les Quichés dans le besoin s'adressèrent-ils à lui pour avoir du feu, et il leur en fournit. Mais, peu après, il tomba une grande pluie mêlée de grêle qui éteignit tous les feux du pays. Pourtant Tohil recréa du feu en frappant le sol de sa sandale. Le feu manqua plusieurs fois de la sorte aux Quichés, mais Tohil le leur rendit toujours.

L'importance donnée au feu se retrouve dans les fours initiatiques quichés, de forme sphérique et constitués d'argile et de bois. Ils étaient appelés "les rituels de Tohil". Dans ces rituels, on représentait la rencontre entre les humains et la terre-mère par un bain purificateur. Une fois achevé le rituel du feu et de l'eau dans ces temples du feu, on avait la sensation de renaître. Les vestiges les plus anciens se trouvent à Palenque (Mexique) et à Piedras Negras (Guatemala)

7. févr., 2018

Les bushrangers australiens doivent affronter un adversaire inattendu dans leur lutte contre les incendies: les «firekawks» (littéralement faucons de feu). Ces oiseaux, aussi appelés Karrkanj («faiseur de problèmes») par les Aborigènes, transportent des brindilles enflammées pour étendre les zones d'incendie. Jusqu'à aujourd'hui, le rôle de ces oiseaux dans la propagation des feux, était au mieux jugé accidentel. 

De nombreuses espèces de rapaces ont déjà été observées autour des zones de feu. Ils profitent ainsi de l'effet de panique pour chasser les animaux à découvert.  De la même manière que des chimpanzés utilisent des bâtons pour chercher du miel, les firehawks utilisent le feu comme un outil pour se nourrir. Ils récupèrent un morceau de bois enflammé et le lâchent plus loin