Blog du bizarre

21. févr., 2018

Si vous ne connaissez pas Le Jardin des Délices, sachez qu'il s'agit d'une oeuvre majeure de la peinture flamande, qui est un bijou d'inventivité, de créativité, de folie aussi. Peint par Jérôme Bosch vers 1503, ce triptyque qui représente le Paradis, le jardin des délices et l'Enfer est d'une complexité incroyable. Pour le découvrir dans sa totalité, il faut aller au Prado madrilène.

 

21. févr., 2018

 Le Vol des Sorcières fait partie d'une série de six toiles, destinées à la maison de campagne des ducs d'Osuna, La Alameda, près de Madrid. Elle leur est vendue le 27 juin 1798 avec comme titre « Compositions de sujets de Sorcières. Francisco de Goya, homme des Lumières, fait évoluer son art vers un nouvel imaginaire noir dans un contexte où l'Europe est plongée dans la terreur, à la suite des guerres de la Révolution française et des Guerres napoléoniennes, et fait ressurgir l'obscurantisme D'ailleurs Goya avertit : « Je n'ai pas peur des sorcières, des lutins, des apparitions, des géants vantards, des esprits malins, des farfadets, etc. ni d'aucun autre genre de créatures hormis l'être humain. »

21. févr., 2018

 Au long des siècles l'apport de la Renaissance italienne et de Léonard de Vinci (1452-1519) en particulier, est primordial dans l'apparition et le développement de la caricature proprement dite. L'importance fondamentale accordée à l'homme, la recherche des proportions idéales du coprs humain, l'évolution des concepts philosophiques qui n'assimilent plus le beau au bien et le laid au mal, comme durant les siècles précédents, tous ces éléments ont contribué à renouveler le concept avec lequel on aborde l'étude de la figure humaine. Tout le monde s'accorde cependant à ne pas rattacher directement les nombreuses études des "Têtes grotesques" de Léonard de Vinci à la caricature proprement dite: celle-ci, en effet, ne deviendra un véritable language graphique que près d'un siècle plus tard. Il va sans dire, cependant, que les dessins de l'auteur de la Joconde en ont largement facilité l'éclosion, et ses carnets de croquis ont souvent été qualifiés de caricatures.

21. févr., 2018

Représentations apocalyptiques dans les manuscrits médiévaux, anges peuplant les cieux de l'Italie renaissante, visions fantastiques du romantisme noir, inquiétante étrangeté surréaliste, sculptures gonflables... Les grands artistes ont toujours su dépasser le champ académique et repousser les limites de l'imaginaire. A partir d'une sélection originale d'oeuvres réunies pour l'étonnement et la fascination qu'elles suscitent encore au XXIe siècle, qu'elles soient célébrissimes (Le Jardin des délices de Jérôme Bosch, les portraits d'Arcimboldo) ou plus insolites (les caricatures de Léonard de Vinci, Le Vol de sorcières de Goya), cet ouvrage s'attache au bizarre : aux "pas de côté" réalisés par les artistes, aux écarts et aux débordements de l'imagination qui, à toutes les époques, interpellent le spectateur.
Bizarre. L'autre histoire de l'art détaille la façon dont ces chefs-d'oeuvre ont été reçus en leur temps et, plus largement, retrace l'étonnante épopée du goût.