Qu’entend le conseil des affaires d’État de la Chine par« architecture bizarre » ? Dorénavant, les constructions qui ne sont pas « économiques, fonctionnelles, esthétiques ou écologiques » seront limitées, tandis que les immeubles qui produisent moins de déchets et utilisent moins de ressources seront privilégiés. Le président Xi Jingping lui-même, en octobre 2014, appelait à en finir avec les bizarreries qui ont accompagné l’urbanisation effarante de la plupart des villes chinoises.

La beauté d’un bâtiment étant très subjective, la directive  précise que « les bâtiments de forme irrégulière seront interdits ». Grâce à la télédétection par satellite, d’ici 2020 une carte de l’ensemble de ces constructions illégales à travers les villes chinoises sera établie et« des mesures seront prises envers les contrevenants ».

L’immeuble Fang Yuan, à Shenyang, est un bel exemple d’architecture controversée. Mal jugé par de nombreux Chinois, il connaîtra peut-être la gloire dans plusieurs années, à la faveur du temps et des modes...