Blog du hasard

6. nov., 2019

J'aime ce prénom mais je ne me doute pas que celui qui le porte est d'origine cubaine. Il est amène dans ses mails mais tout d'un coup, je jui dis que j'en ai rencontré un autre et il  se retire sur la pointe des pieds. Mais il revient, toujours très discret, neprenant  pas ombrage de mon attitude, très fairplay. J'aime sa sollicitude et sa patience. Je lui propose de le voir. Hier encore je  ne pensais pas à lui et une conversation dans laquelle on me demandait si j'avais rencontré quelqu'un me surprit à dire que je connaissais un homme d'origine cubaine, avec qui j'avais un projet de voyage pour Cuba comme nous le suggère le site inooi qui a servi de "go between" entre nous. A mettre au passé après un déjeuner chinois racorni et un refus catégorique de nous revoir. Heureusement le site inooi est une mine et je rencontre par mail Mario que j'appelle au Mali sans le savoir et qui me propose un questionnaire en bonne et due forme. Bassem, lui, le libanais échange pendant une heure, me proposant de venir à Beyrouth plutôt que d'attendre qu'il vienne à Paris...

2. nov., 2019

Je trouve un site de voyages où chacun cherche sa chacune  : Bern , qui se dit sur le point de boucler ses valises, vit  entre Lyon et Chambéry et me fait découvrir sa maison et sa région   ( voir Bern, l'ours) et après une journée en sa compagnie me met dans le train pour Paris, prétextant une migraine et il me rappelle pour me dire qu'il a des problèmes d'argent. Je propose de l'aider. Refus. Adieu...
Eric,( voir Eric le Rouge) lui vit à Avignon. Il ne rate aucun specrtacle du festival chaque année. Il me parle des courses de chevaux sur la plage aux Saintes Maries de la mer. Nous irons peut-être ensemble. Mais il a une sciatique et se défile. Je lui ai surtout dévoilé mon âge et il s'avère qu'il a quinze ans de moins que moi. Je crois que c'est çà qui lui a fait peur. Le 2/11 jour des Morts, il décline mon invitation de passer le voir à Avignon...

7. juil., 2019

J'ai confondu N. et P. les deux lettres se suivent dans l'alphabet, si bien que quand P. m'a téléphoné, j'ai cru que c'était N. et on a blagué sur le fait qu'il ne téléphonait pas de son vide-grenier mais du territoire de Belfort où il passait quelques jours. Il n'était pas immense comme N.  (1m92), n'avait pas les yeux verts et habitait à Ivry sur Seine alors que N. était parisien. Imbroglio ! Je lui parle d'une croisière - je cherche un compagnon de cabine - et je finis par m'énerver  quand il rappela je lui dis que je ne comprenais pas comment il avait eu mes coordonnées puisque je n'avais composé que deux numéros dans les petites annonces, celui d'un homme en province à qui j'ai raccroché au nez. et celui de N.N. et P. n'étaient-ils pas la même personne ? Pas du tout, leur voix  différaient et la voix trahit ,à moins de brouiller les ondes mais elles étaient claires toutes les deux, l'une plus chaleureuse, l'autre plus timorée. et j'en saurai plus quand j'aurais rencontré N. sur le quai de la gare en partance pour D et quand P. m'aura envoyé son courrier avec photo et explications...

5. juil., 2019

On s'est rencontré avec les petites annonces du journal L'itinérant que j'avais acheté un jour auparavant. Les yeux verts  avaient flashé ainsi q'une voix au téléphone, qui me paraissait familière. Il est parisien, à quelques encablures du bois de Vincennes. Nous avons commencé à parler et tout de suite, les jeux de mots ont surgi du plus profond de nous-mêmes comme si nous nous connaissions depuis toujours. Il voyage beaucoup pour se divertir mais aussi pour échanger.Malheureusement, c'est le début des vacances et moi je pars une semaine et lui la suivante. Donc RV sur le quai de  la gare avec un spray de lotion Foucaud pour le voyage, en partance pour D. petit déjeuner à la cafétéria... Rien à faire pour f'accompagner dans un vide-grenier dont il a le secret le week-end. Patience!

24. juin, 2019

Je crois qu'ils se sont tous ligués contre moi pour m e soutirer de l'argent ou à défaut pour m'envoyer ad patres. L'un pilote de ligne devait assurer une formation à Oslo et voulait profiter d'un week end à Paris mais n'avait pas d'argent pour le voyage. Emprunt. Puis il était bloqué par les douanes par une taxe qu'il ne pouvait acquitter. Bref, je ne l'ai jamais revu. Il a cherché à me rembourser en faisant appel à un ami qui lui devait de l'argent mais chèque volé sur mon compte, envolé deux jours ^plus tard. Pour ui, d'origine australienne, le hasard n'existe pas alors qu'un dicton français dit que le hasard fait bien les choses. En l'occurence, c'est tout le contraire, car Un autre en voyage d'affaires dans la filière bois me demande de payer pour lui une taxe à l'import  Je ne cède pas. Le troisième me propose de m'aider en portant plainte auprès d'un soi-disant agent d'interpol qui me demande 500€ pour faire des recherches.
En désespoir de cause, le dernier se présente, se fait désirer et finalement accepte de sortir dans Paris avec moi.Nous arpentons la ville lumière dans les quartiers que j'aime.Puis il tourne les talons sans raison et m'accuse de harcèlement quand je lui demande le pourquoi de son départ précicpité. Nous en sommes là. Il me menace de porter plainte à la police. J'ai l'impression qu'il est téléguidé., qu'il n'a pas le choix; s'il ne m'a pas demandé 'quoi que ce soit, il m'a repoussée et m'a peut-être laissé un cadeau empoisonné .... Nous verrons bien - le 20-07. Pour l'heure, le jour anniversaire de ma fille Camille, il reçoit à la maison un petit cadre pour le portrait-aquarelle que je lui ai donné un des jours de notre rencontre sans lendemain. Mais, pour faire bonne mesure, je lui demande de me rendre le DVD de Klimt de l'Atelier des Lumières et Hokusai raconté aux enfants...-