2. mars, 2018

Manuscrit du Puy en Velay

Il était d'usage au Moyen Age de réserver un jour précis, dans le temps de Noël, à la fête des clercs de chaque rang : les pueri, qui sont les plus jeunes, les diacres, sous-diacres et enfin les prêtres. Ils rassemblaient toutes leurs ressources artistiques pour enrichir le service divin et le repas que l'on prenait en commun, en ajoutant de nouvelles processions. Des livres d'office ont été faits pour ces occasions aux XIIe et XIIIe siècles. L'office du Nouvel An du Puy s'inscrit dans cette tradition.

La fête se greffe sur la liturgie habituelle, qui s'étend des vêpres de la vigile jusqu'au soir de la fête, englobant ainsi toutes les heures liturgiques du jour. Les chanoines célébraient cette fête tous ensemble, sans interruption, pendant plus de vingt-quatre heures. Toutcomme les moines dans les abbayes, ils se réunissaient toutes les trois heures dans le choeur de l'église, pour chanter des psalmodies, des prières, des lectures et autres chants et, bien sûr, pour célébrer la messe. Ils faisaient des processions devant les impressionnantes fresques et les tableaux qui ornent le vaste édifice dressé au sommet de la ville. Les danses des pueri achevaient la fête.