On parle de trouvaille de génie : « Ce jour-là, Monsieur Labiche a fait mieux qu'écrire une pièce, il a créé un genre, et dans notre vaudeville contemporain, on n'a rien imaginé de mieux, d'une fantaisie plus folle ni plus large, ni d'un rire plus sain, ni plus franc », commentait Zola.

Labiche offre avec Le Chapeau de paille une grande comédie en cinq actes à l'action rocambolesque. La pièce retrace les mésaventures de Fadinard, qui se rend bonnement à son mariage. Mais, sur le chemin, son cheval mange « le chapeau de paille » d'une jeune inconnue, Anaïs, une femme mariée qui batifolait avec son amant, et qui ne peut par conséquent rentrer à son domicile sans chapeau à moins de se compromettre. Fadinard se met donc en quête d'un nouveau chapeau, alors que les gens de la noce, famille et amis, s'impatientent. 

. Selon Labiche, « une pièce est une bête à mille pattes qui doit toujours être en route » ; et c'est un cortège de fantoches qui, apparaissant, disparaissant, reparaissant, serpentent à la poursuite du fatal chapeau. Par sa dimension chorégraphique, ses chansons, ses choeurs – pas moins de quinze comédiens sur scène – la pièce est un véritable musical-théâtral. Labiche, cinglant observateur du siècle, touche au fantastique et à l'absurde ; jamais on n'avait donné cette rapidité à l'intrigue, ce rythme à l'écriture théâtrale, cette vitesse au rire.

Concours Lépine

 Trouvailles de génie! Le très célèbre concours Lépine permet chaque année de découvrir de géniales inventions dont les inventeurs, tout aussi géniaux, ont très souvent été poussés par leur vivacité d'esprit et un réel besoin d'améliorer tel ou tel aspect de leur vie quotidienne. A noter que Le concours Lépine est cité par Georges Perec dans Je me souviens.

Selon la présentation que fait Perec de cet exercice de mémoire, ces je me souviens sont :

« des petits morceaux de quotidien, des choses que, gens d'un même âge ont vues, ont vécues, ont partagées. Ainsi le concours Lépine, cité parmi les derniers. retrouvé pour un instant, suscitant pendant quelques secondes une impalpable petite nostalgie. 

Découverte d'un sceau du gouverneur de Jérusalem

- Une trouvaille fantastique. Dans la ville sainte, un sceau en argile vieux de près de trois millénaires a été découvert près du mur des Lamentations. Un trésor qui vient apporter la preuve que le titre de «Gouverneur de la ville», dont seul l'Ancien Testament parlait jusqu'ici, a bel et bien existé. Cet artefact rond de la taille d'un bouton a été découvert dans un bâtiment sur l'esplanade du mur des Lamentations, dans la vieille ville de Jérusalem. Il date du sixième ou septième siècle avant notre ère et illustre l'existence d'un dirigeant à Jérusalem.