Porcelaine

20. mars, 2018

Comment sommes-nous passés du vert céladon à l’illustre famille verte ? Quelle est l’histoire des indescriptibles bleu et blanc ? Comment les céramistes ont-ils appris à maîtriser le rouge et le blanc ?
A travers quelles expériences sont-ils enfin parvenus à la perfection de la famille rose ?A  l’époque Song, les fours Yaozhou fournissaient surtout des céladons. Les pièces provenant de ces fours sont reconnaissables à leur couleur verte caractéristique. La profondeur du vert de ces objets et leur surface lisse faisait penser au jade. L’utilisation d’un décor peint au bleu de cobalt est un apport iranien dont le cheminement jusqu’en Extrême-Orient a été favorisé par l’unification de l’Asie sous la domination mongole.
Matériaux rares et artisans talentueux affluent à Jingdezhen désormais capitale incontestée de la porcelaine, où sans cesse de nouvelles expériences sont tentées. Il s’agit de combinaisons chromatiques audacieuses telles que l’association du rouge de cuivre et du bleu L’invention d’un émail rose et d’un blanc opaque à l’arsenic, associés aux émaux de la famille verte, donnera naissance à la famille rose.
Sous le règne de Yongzheng, ces familles roses occupent une place de choix de cobalt, ainsi que des compositions d’émaux jaunes, verts et rouges sur couverte.

20. mars, 2018

Si les Britanniques utilisent les termes China ou Bone china pour désigner respectivement la porcelaine dure et une porcelaine plus tendre répandue au Royaume-Uni, cette céramique est ramenée  de Chine au xve siècle. par les Italiens .La plus ancienne porcelaine chinoise vue en Europe est un vase haut de 12 cm datant de la fin du XIIIe ou début du xive siècle conservé au Trésor de Saint-Marc de Venise. On l'appelle le vase Marco Polo, quoiqu'il ne soit pas sûr, ni d'ailleurs impossible, qu'il ait été rapporté de Chine par l'un des Polo.

 

20. mars, 2018

Peu de gens se doutent que ce soit à un pharmacien qu'on doit la découverte du kaolin, en Europe et tous les progrès dont seuls les Chinois conservaient le secret de la porcelaine. Un apothicaire s'apercevant que sa perruque était plus lourde qu'à l'ordinaire apprit de son domestique que celui-ci avait employé une poudre nouvelle. Aux environs de la ville, les chevaux  pataugeaient dans une poudre blanche qui, en séchant s'avèrera être du kaolin, à la base de la fabrication de la porcelaine....

20. mars, 2018

Dans son Dictionnaire des idées reçues, Gustave Flaubert définissait ainsi le Japon : « Tout y est en porcelaine.. Dans son écrin de montagnes, un petit village situé dans le nord de l’île de Kyushu, la plus méridionale des quatre principales îles du pays, vit depuis quatre cents ans au rythme de cette céramique fine et translucide.

Il suffit de faire quelques pas dans cette minuscule bourgade de la préfecture de Saga pour se sentir comme un visiteur… dans un magasin de porcelaine. Longtemps pourtant, le lieu a gardé son mystère, au point d’être connu comme le « village des fours secrets ». Jusqu’à la fin du XVIIIe siècle, les plus belles pièces produites ici étaient réservées au shogun et à ses seigneurs féodaux, puis plus tard exportées vers les cours européennes.