François Marie Arouet devenu, par anagramme Voltaire.

Qu'on l'admire ou qu'on le déteste, Voltaire symbolise à lui seul le XVIIIe sièclel a constitué et constitue encore le paradigme de l'intellectuel engagé. Zola s'en inspire lors de l'affaire Dreyfus, Sartre s'en réclame pour définir l'intellectuel de son temps. Son nom apparaît, comme un garant, au hasard des crises politico-morales que traverse la société française : l'occupation allemande, la guerre d'Algérie... Quand de jeunes lycéennes musulmanes refusent d'abandonner leur voile, on écrit sur les murs : Voltaire, reviens !

À ces figures contrastées d'un Voltaire militant, il faut adjoindre un Voltaire incarnation de l'esprit français. De son vivant même, on lui reconnaissait le goût du trait, la légèreté de l'écriture, le sens de l'ironie, la pointe assassine. Il apparaît, l'esprit en plus, comme l'écrivain des vertus françaises : la mesure, la clarté, dont depuis Descartes on fait crédit à la prose classique.

Projet Voltaire

Le Projet Voltaire a créé un outil en ligne rendant l’orthographe accessible à tous. Pourquoi Voltaire, me direz-vous  ?

Son style  irréprochable dans ses ouvrages sérieux; toujours simple, clair, élégant, brille surtout par la justesse et l'esprit.
Que vous souhaitiez reprendre les bases de la grammaire ou viser l’excellence dans vos écrits, que vous soyez à la recherche d’un outil ludique pour vous, reportez-vous à Voltaire ou à d'autres...
 
Est-il une faute d'orthographe que d'écrire escamotter avec deux tt? escamotez-en un, alors! !(Flaubert.,Correspondances, 1864). 

Si votre Excellence daignait me dicter l'orthographe des mots lettre à lettre, les envieux ne sauraient plus que dire (Stendhal,Chartreuse, 1839).

Voltaire et l'Hindouïsme

 

Touti Nameh

Le narrateur principal des histoires du Touti-Nameh est un perroquet, qui raconte des histoires à sa maîtresse, du nom de Khojasta, afin de la détourner de tromper son mari pendant que celui-ci est en voyage pour affaires. Le marchand avait laissé sa femme en compagnie d'un mainate et du perroquet. L'épouse étrangle le mainate qui lui avait imprudemment conseillé de ne pas se livrer à des relations illicites. Le perroquet, réalisant la gravité de la situation, adopte une approche moins directe, consistant à raconter de fascinantes histoires au long des cinquante-deux nuits qui suivent. Chacune d'entre elles constitue un épisode divertissant qui retient l'attention de Khojasta et lui fait différer sa rencontre avec son amant.

Conte soufi

Un épicier possédait un perroquet dont la voix était agréable et le langage amusant. Non seulement il gardait la boutique mais il distrayait la clientèle de son verbiage. 
      Un jour, l’épicier le laissa dans la boutique et s’en fut chez lui. Soudain, le chat de l’épicier aperçut une souris et se lança brusquement à sa poursuite. Le perroquet eut si peur qu’il en perdit la raison. Il se mit à voler de tous côtés et finit par renverser une bouteille d’huile de rose.
      À son retour, l’épicier, constatant le désordre qui régnait dans sa boutique et voyant la bouteille brisée, fut pris d’une grande colère. Comprenant que son perroquet était la cause de tout ceci, il lui assena quelques bons coups sur la tête, lui faisant perdre de nombreuses plumes. À la suite de cet incident, le perroquet cessa brusquement de parler.
      L’épicier fut alors pris d’un grand regret. Il arracha ses cheveux et sa barbe. Il offrit des aumônes aux pauvres afin que son perroquet recouvre la parole. Ses larmes ne cessèrent de couler durant trois jours et trois nuits. Il se lamentait en disant :
      « Un nuage est venu obscurcir le soleil de ma subsistance. »
      Le troisième jour, entra dans la boutique un homme chauve dont le crâne luisait comme un bol. En le voyant, le perroquet s’écria :
      « Ô pauvre malheureux ! pauvre tête blessée ! D’où te vient cette calvitie ? Tu as l’air triste comme si tu avais renversé une bouteille d’huile de rose ! »
      Et toute la clientèle de s’esclaffer.