Un piège idéal pour attraper les poissons

Quand le pélican pêche, sa poche  s'étire vers le bas sous l'action des muscles situés à la base de la langue. Avec une contenance qui atteint 12 litres chez le pélican blanc, elle constitue un piège idéal pour les poissons, en agissant à la façon d'une épuisette. Le crochet terminal de sa mandibule supérieure permet alors au pélican de saisir les poissons, même les plus glissants, qu'il lance ensuite en l'air pour les rattraper dans sa poche toujours largement ouverte et les avaler aussitôt.

le pélican migrateur

Toujours dans le souci d'économiser son énergie, le pélican, comme l'oie, vole en formations organisées en lignes obliques ou en chevrons. Chaque oiseau fournit ainsi un effort moindre du fait que son prédécesseur immédiat assure la pénétration dans l'air. Naturellement, cela ne vaut pas pour l'équipier de tête, dont l'effort est maximal. C'est pourquoi celui-ci « décroche » régulièrement, laissant la première position à l'un des oiseaux le suivant immédiatement, puis s'insère dans le groupe, souvent en queue de formation. Un roulement est ainsi assuré sans que soit jamais ralentie l'allure générale.

Chaque année, les populations de pélicans d'Europe et d'Asie occidentale vont hiverner en Afrique ou en Inde. Mais l'importance des déplacements migratoires en Afrique est difficile à apprécier dans la mesure où les pélicans originaires d'Europe se mêlent aux populations africaines de l'espèce.En revanche, on a pu observer en certains points où se concentrent les vols migratoires, comme les côtes d'Israël, des quantités élevées de pélicans.

Pourquoi le pélican vole ?

Grâce a la structure particulière des os longs des membres, le poids du squelette du pélican ne dépasse guère 10 % de son poids.

Une telle légèreté est due à la faible épaisseur du tissu osseux, à l'évidement de nombreux os. Mais, pour compenser la diminution de résistance, ces os sont constitués d'une charpente complexe, dont les éléments rappellent des entretoises, une pièce rigide qui en relie deux autres et les maintient dans un écartement fixe. Particulièrement élaborée chez le pélican, cette entretoise n'existe pas chez des espèces incapables de voler, comme l'autruche ou le manchot.

Les couleurs de la reproduction

La tête et le bec du pélican blanc sont sujets à des variations d'aspect en fonction à l'approche de la saison des amours; les adultes arborent progressivement une huppe retombant à l'arrière de la tête, plus volumineuse chez la femelle. Les couleurs du bec et de la poche s'avivent, tandis que la zone de peau nue, à la racine du bec, enfle.

Ces modificationst déclenchent les parades. C'est probablement la raison pour laquelle les pélicans immatures, inaptes à se reproduire, ne portent pas ces stimulations visuelles.

Les pélicans au Sénégal

Un curieux cas de coopération entre l'homme et le pélican existe au Sénégal, dans la région de M'Bour, au sud de Dakar. Là, une colonie importante de pélicans est arrivée il y a quelques années ; elle a installé ses nids dans les arbres d'un village situé à l'intérieur des terres, au milieu du pays Sérère.

Lorsqu'ils reviennent de la côte où ils sont allés pêcher, les grands oiseaux laissent souvent tomber quelques-uns des nombreux poissons qu'ils transportent dans leur bec pour nourrir leurs petits. Les jeunes Sérères s'empressent alors de les ramasser pour aller ensuite les vendre dans les villages voisins. Les hommes, trop éloignés de la mer pour aller pêcher eux-mêmes, sont donc ainsi approvisionnés en poisson frais grâce aux pélicans. En échange de ces « cadeaux » involontaires, les pélicans reçoivent une protection absolue de la part des villageois qui veillent sur leurs nids.