Phénix

11. avr., 2018

Un oiseau de feu) est un oiseau légendaire issu du folklore des pays slaves (Russie, Pologne, Ukraine…). Paré de plumes rougeoyantes et venu d'une terre lointaine, il représente en même temps une bénédiction et une malédiction pour celui qui le capture.

La légende a été popularisée par le ballet L'Oiseau de feu, composé en 1909-1910 par Igor Stravinski pour les Ballets russes de Serge Diaghilev.

11. avr., 2018

L'Oiseau, symbole de la résurrection du chaos est très fréquent en Chine et au Japon. et constitue un parallèle intéressant avec le phénix mythique des Égyptiens et plus tard avec celui des Grecs et des Romains. D'une façon générale, l'oiseau est le symbole de l'âme, de la renaissance, mais aussi de l'esprit et de la lumière. Dans la tradition chinoise, l'oiseau légendaire Feng-Huang, qui symbolise le bonheur conjugal, est l'équivalent du phénix. Il est issu de l'union des forces solaire et lunaire.

11. avr., 2018

Il existe un seul oiseau, qui se régénère et se reproduit lui-même.
Les Assyriens l'appellent le phénix ; il ne vit ni de fruits
ni d'herbes, mais de larmes d'encens et du suc de l'amome.
Lorsque cet oiseau a accompli cinq siècles de sa vie,
sur les branches d'une yeuse ou en haut d'un palmier tremblant,
de ses ongles et de son bec sans souillure, il se construit un nid.
Dès qu'il l'a garni de feuilles de lauriers, de brins de nard doux
et de morceaux de cinnamome mêlés à de la myrrhe fauve,
il s'y installe et achève sa vie parmi les parfums.

11. avr., 2018

De Chine sont venus les pihis longs et souples
Qui n'ont qu'une seule aile et qui volent par couples
Puis voici la colombe esprit immaculé
Qu'escortent l'oiseau-lyre et le paon ocellé
Le phénix ce bûcher qui soi-même s'engendre
Un instant voile tout de son ardente cendre
Les sirènes laissant les périlleux détroits
Arrivent en chantant bellement toutes trois
Et tous aigle phénix et pihis de la Chine
Fraternisent avec la volante machine
Alcools

11. avr., 2018

Le mythe du phénix, l'oiseau qui renaît toujours de ses cendres, trouverait son origine à Héliopolis, ville de l'Égypte ancienne* où il portait le nom de Bennou, le héron de Râ (Rè), le dieu du Soleil, Râ, dont il serait une incarnation. Les récits mythiques diffèrent sur quelques points de détail, mais relatent à peu près la même histoire. Le phénix, doté d'une longévité miraculeuse, quand l'heure de sa fin approchait, se construisait un nid d'herbes aromatiques, puis s'exposait aux rayons du soleil et se laissait réduire en cendres. Trois jours plus tard, il renaissait.