Cerf volant

13. avr., 2018

Dans les années 70 à Kaboul, le petit Amir, fils d'un riche commerçant pachtoun, partage son enfance avec son serviteur Hassan, jeune chiite condamné pour ses origines à exécuter les tâches les plus viles.  Inséparables, liés par une même passion pour les cerfs-volants, les garçons grandissent heureux dans une cité ouverte et accueillante. Ni la différence de leur condition ni les railleries des camarades n'entament leur amitié. Mais ce lien va se briser à jamais. Alors que sous ses yeux Hassan subit une véritable ignominie, Amir reste pétrifié. Peur ? Lâcheté ? Honte ? Pris dans une terrible confusion des sentiments, il n'esquissera pas un geste pour sauver son ami.

Eté 2001. Amir est écrivain. Il vit à San Francisco avec sa femme Soraya, sunnite comme lui. Un jour, au bout du fil, un vieil ami de son père lui dit simplement : “Viens. Il existe un moyen de te racheter”. Remonte alors en lui une ancienne douleur : celle d’avoir trahi Hassan en ne le secourant pas alors que ce dernier subissait une terrible violence. Mais ce rachat passe par une plongée au cœur de l'Afghanistan des talibans... et de son propre passé.

13. avr., 2018

Les cerfs-volants ont stimulé l'imaginaire de l'homme sur tous les continents...Cette vieille tradition issue de la mythologie d'un cerf-volant incarnant le lien entre ciel et terre se retrouve sur tous les continents. En Extrême-Orient, on trouve des sifflets et des chandelles sur les cerfs-volants afin de ne pas passer inaperçu auprès des esprits. Au Guatemala, pour la  fête des morts , on fait aussi voler des cerfs-volants : les âmes des défunts errant encore sur terre en saisissent le fil pour entreprendre leur ascension vers le ciel et leur gagner leur salut. Au Népal, les cerfs-volants investissent le ciel pendant la grande fête du Dasein à la fin de la mousson. Selon la croyance, avec les cerfs-volants, on dit aux dieux que la récolte du riz est terminée et qu'ils peuvent faire cesser la pluie. De la même manière, on peut communiquer avec les ancêtres et guider les âmes des morts vers le ciel. Petits et grands se prêtent alors au même jeu : une partie du fil du cerf-volant est enduit de glu, puis de verre pilé et il faut couper la ligne de l’adversaire par de savantes acrobaties.

13. avr., 2018

L'expérience de l'Écossais Alexander Wilson réalisée en 1749, utilisant un train cerf-volant comme un outil météorologique pour mesurer les variations de températures à différentes altitudes, est considérée comme la première application scientifique du cerf-volant.

Composés de panneaux verticaux et horizontaux afin de stabiliser le vol, les cerfs-volants en forme de caisse, développés par Lawrence Hargrave à la toute fin du XIXe siècle, ont inspiré les premiers avions. Ses recherches avec les cerfs-volants lui ont permis de découvrir et utiliser l'effet de portance induit par un profil d'aile courbe.

Peu après, les frères Wright ont eux-mêmes développé et testé leur prototype d'avion à aile déformable sous la forme d'un cerf-volant.

13. avr., 2018

D'anciens textes chinois font remonter l'origine du cerf-volant au IVe siècle av. J.-C.. Toutefois ces textes étant très postérieurs à l'époque à laquelle ils font référence, il est impossible de savoir précisément où et quand a été inventé le premier cerf-volant. Il est très probablement l'invention d'un peuple de pêcheurs et navigateurs des îles d'Asie du Sud-Est, des populations expertes en l'art de fabriquer des fils, des voiles et d'utiliser le vent.

À l'origine, les Chinois en ont fait une utilisation essentiellement militaire ; le cerf-volant servait de signal, à porter des messages, à effrayer les ennemis ou évaluer des distances. Plusieurs récits légendaires chinois et japonais mentionnent des cerfs-volants porteurs d'hommes. Marco Polo rapporte comment les Chinois étaient capables de faire des cerfs-volants assez grands pour emporter un homme. Avant même le premier millénaire, on savait construire en Chine des cerfs-volants assez grands pour soulever un passager ; le premier homme à effectuer un vol ascensionnel l'a fait à bord d'un cerf-volant (ou bien suspendu en dessous) longtemps avant l'invention de la montgolfière.Le cerf-volant pouvait avoir des fonctions magiques ou religieuses. En Thaïlande, au XVIIIe siècle, le cerf-volant du roi Narai restait en l'air toutes les nuits au moment du changement de mousson, phénomène associé aux fonctions cosmiques du souverain.

13. avr., 2018

En breton (sarpant-nij), en wallon (dragon) mais aussi dans la plupart des langues d'Europe, on retrouve la même étymologie ou appellation pour le cerf-volant : « dragon » ou « serpent volant ».

Cette appellation peut évoquer les textes et légendes mentionnant des serpents ailés et des dragons volants que l'on retrouve dans la Bible, dans des mythologies de différentes civilisations et dans les légendes en France jusqu'au XVIIIe siècle mais elle se rapporte surtout très directement à la forme des premiers cerfs-volants introduits ou représentés en Europe : avec leurs têtes féroces et leur longues queues ils figuraient effectivement des dragons ou serpents volants (voir la première illustration en Europe figurant un cerf-volant.