Fin de la dynastie moghole

Pendant deux siècles et demi l'empire moghol a marqué l'Inde de son empreinte profondément originale. Des institutions adaptées au pays et une puissance militaire impressionnante avaient assuré jusque vers 1650 la force et le rayonnement de cet empire.
En privilégiant, à partir de la fin du règne de Shah Jahan, les sujets musulmans de l'empire, ses maîtres avaient rompu l'équilibre établi entre les différents peuples de l'Inde. Sa démesure, les luttes fratricides pour l'accession au trône, le luxe de la cour et l'affaiblissement de l'armée rendaient la décadence inéluctable, malgré quelques sursauts et plusieurs tentatives de renaissance.
Le bilan de cette période exceptionnelle de l'histoire indienne reste cependant considérable. Pour s'en tenir au seul domaine de l'art, nombre de chefs-d'œuvre architecturaux subsistent qui marquent encore de nos jours le paysage indien. L'artisanat et l'industrie indiens ont bénéficié de l'héritage des thèmes d'inspiration moghole. L'étiquette complexe et raffinée de la cour est restée dans les mémoires. Dans le domaine de la peinture, enfin, on voit aussi s'exprimer la recherche permanente d'une synthèse profondément indienne d'une multitude d'apports divers, que le talent des artistes fait approcher de la perfection. Voirà la BNF