L'île méditerranéenne est la terre des temples mégalithiques, de la grotte de Calypso et des citadelles médiévales. Encore hantée par le souvenir des chevaliers de l'ordre de Saint-Jean de Jérusalem, l'île de Malte occupe depuis la plus haute Antiquité une position stratégique au centre du bassin méditerranéen.

Sur les traces d'Ulysse à Gozo

il y a d’abord, évidemment, les décors que la mer a sculptés. C’est le ruban des vertigineuses falaises de calcaire entrecoupées de criques ; les baies,  bien connue des plongeurs pour son Trou bleu  – celle de Ramla qui émerveille grâce à son sable orange, presque rouge, où se serait échoué Ulysse, et où la nymphe Calypso l’aurait recueilli…

Au bord de la mer, on continue à récolter le sel comme autrefois : les salines offrent la vision d’une culture en harmonie avec la nature depuis des siècles. Dans les terres intérieures, la vallées fertiles bordées de roseaux, les champs dessinés par les murs de pierre, la culture de la vigne, des grenades, des oliviers et des figues de barbarie témoignent  d’un mode de vie aussi délicieux qu’ancestral.

Heureux qui comme Ulysse

Homère avait donné le nom d’Ogygie, dans L’Odysséeà Gozo. Le poète grec avait décidé de faire incarner tous ces charmes  par une nymphe, Calypso.. Elle avait recueilli Ulysse dans une grotte. Parmi toutes celles creusées par l’érosion sur l’île de Gozo, c’est celle dominant la baie de Ramla qu’on identifie comme celle de Calypso. Les lecteurs de l’Odyssée ne peuvent être que troublés par la comparaison de la description des lieux par Homère et la grotte:

Un bois luxuriant avait poussé tout autour de la grotte : aune, peuplier noir, odorant cyprès ; et sous les branches nichaient des oiseaux de large envergure, chouettes, faucons, tapageuses corneilles marines qui besognent sur la mer. Aux parois de la grotte, une vigne déployait ses rameaux vivaces, d'où les grappes pendaient en abondance.( chant V Odyssée)

Citadelle de Gozo

Se dressent encore à Gozo, les vestiges de Ġgantija, un ensemble mégalithique, un temple dédié à la féminité, érigé par une civilisation disparue, il y a 5000 ans – soit, mille ans avant les pyramides d’Egypte, ce qui en fait l’une des plus anciennes constructions monumentales au monde.
Ile fascinante, donc île conquise : sa beauté et sa situation firent de Gozo un territoire tour à tour phénicien, grec, romain, arabe et même normand – de cette époque date la christianisation et donc les premières églises de l’île. Toutes ces cultures ont laissé leurs traces sur l’île, tant d’un point de vue linguistique qu’architectural. Il suffit de se promener dans la petite capitale, Victoria (baptisée, elle, sans surprise par un autre colon citadelle, pour reconnaître la consonance arabe des noms des ruelles, le charme baroque italien des églises, les remparts aragonais…

Comino

Comino, une toute petite île entre Gozo et Malte, est  une merveille : les eaux peu profondes du chenal entre l’île et Cominitto, d’une couleur allant du bleu cyan au vert émeraude, lui ont valu l’appellation de Lagon bleu, et font le bonheur des plongeurs. L' hébergement en farmhouse est en pleine campagne, dans une demeure ancienne et rénovée, avec vue sur mer…La seule difficulté à Gozo,, consiste à en partir : il est difficile de ne pas imiter Ulysse pour prolonger son séjour.