Le Malaga de Picasso

12. mai, 2018

Arènes de La Malagueta. Quand il était petit, Picasso accompagnait souvent son père à la corrida pour y voir les toréros les plus célèbres du moment. C'est durant ces après-midis « taurines » qu'il a forgé son afición pour la tauromachie, qui plus tard deviendra l'un de ses thèmes les plus emblématiques.

12. mai, 2018

L'école

Vers la place de la Constitución, l'Athénée de Malaga,  pendant l'enfance de Picasso abritait l'École des beaux-arts de San Telmo, où son père a enseigné le dessin linéaire. Pablo allait à l'école au Colegio de San Rafael de la rue Comedias, située à proximité. La plus grande crainte de l'artiste (qui s'ennuyait beaucoup à l'école) était que son père ne vienne pas le chercher. Pour lui assurer qu'il viendrait, José Ruiz avait l'habitude de lui laisser un objet à lui : « Plus que son bâton, ce que je préférais qu'il me laisse, c'était la colombe et les pinceaux, parce que je savais qu'il ne pouvait pas s'en passer » se souvenait Picasso.

Dans la rue Gaona, l'Instituto Vicente Espinel où Picasso a passé ses examens en juin 1891. Autour du patio bordé de colonnes en marbre, on trouve de nombreuses plaques et photographies d'élèves devenus illustres, parmi lesquels Severo Ochoa, Ortega y Gasset, Manuel Altolaguirre et Picasso.

12. mai, 2018

Lle musée Picasso Malaga. Son ouverture en 2003 a permis de réaliser le désir de l'artiste qui souhaitait que son œuvre soit présente dans sa ville natale. La collection est constituée de plus de deux cents pièces données par sa belle-fille et son petit-fils, Christine et Bernard Ruiz-Picasso. Elle montre les différentes étapes de l'œuvre de Picasso à travers des dessins, des toiles, des gravures, des sculptures et des poteries.

Au bout de cette rue, on trouve l'église San Agustín et l'ancien couvent et école du même nom. Au XIXe s., l'édifice abritait les archives et le musée municipal de Malaga, où son père était conservateur. Pour compenser les retards de paiement de son salaire, il lui fut permis d'y installer son atelier de peinture. Picasso se rappelait très bien les visites qu'il rendait à son père dans cet atelier, ainsi que ses tableaux représentant des colombes.

12. mai, 2018

L'itinéraire se poursuit dans la rue Granada, au coin de la place de la Merced. On y trouve la pharmacie Bustamante, l'une des plus anciennes de la ville et dans l'arrière-boutique de laquelle, lorsqu'elle était tenue par Antonio Mamely, José Ruiz, le père de Picasso – également peintre – organisait des « tertulias » (réunions informelles abordant un thème particulier). Tout près se trouve l'église Santiago où Picasso fut baptisé le 10 novembre 1881 sous le nom de « Pablo Diego José Francisco de Paula Juan Nepomuceno María de los Remedios y Crispiniano de la Santísima Trinidad ».  ornementation baroque et  tour de style mudéjar. 

L'oncle de Picasso

Dans la rue Granada jusqu'à l'actuel nº5 : c'est ici que se trouvait la bijouterie de l'oncle de Picasso, Baldomero Ghiara, qui l'a soutenu économiquement alors que le peintre étudiait à l'Académie royale des beaux-arts Saint-Ferdinand de Madrid. Le magasin qui s'y trouve actuellement conserve les belles figures allégoriques du XIXe s. peintes sur le plafond.

12. mai, 2018

 Picasso est  associé à Malaga, à  la place de la Merced, où se trouve le bâtiment où est né le peintre le 25 octobre 1881. Actuellement, c'est le siège de la Fondation Picasso-Museo Casa Natal qui abrite une précieuse collection d'art comprenant des œuvres de Picasso et d'autres artistes contemporains. Elle abrite également un important centre de documentation spécialisé et organise régulièrement des expositions temporaires sur le peintre et des artistes de la même époque.