Chateaubriand sa maison et l'île verte

A l'origine, ce sont des cerfs, des chevreuils et des sangliers qui peuplent le domaine, suivis par les loups. En leur honneur, les quelques rares habitants de l'endroit lui laissèrent le nom de Vallée-aux-Loups.

Au début du XIXe siècle, un nouveau maître s'installe au domaine : François-René de Chateaubriand, chassé de Paris pour avoir critiqué l'empereur Napoléon.   C'est dans la tour Velléda que Chateaubriand poursuit l'écriture de l'une de ses œuvres majeures, dont la rédaction durera trente ans, les Mémoires d'outre-tombe. Durant dix ans, l'écrivain s'adonne également à sa seconde passion : la botanique.

L'île Verte est la plus récente des acquisitions du conseil général ouverte au public. Construite entre 1822 et 1828, l'île Verte fut la demeure du dramaturge Jules Barbier, qui fait construire l'étang, l'île et le pont.
Elle devient le lieu de vie du peintre Jean Fautrier au milieu du XXe siècle. L'une de ses toiles, peinte en 1958, porte le nom de l'île Verte.

L'arboretum

Dédié à la botanique depuis sa création au XVIIIe siècle, l'Arboretum abrite près de 500 espèces d'arbres et d'arbustes. Il a été conçu comme un jardin à l'anglaise. En témoignent les petites fabriques, qui sont des éléments construits introduits dans le jardin.

Au fil des générations, l'Arboretum est aménagé par des pépiniéristes de renom, dont Gustave Croux en 1890. Les arbres centenaires constituent un patrimoine paysager et horticole unique dont le sujet le plus exceptionnel est le cèdre bleu pleureur de 680 m² de surface de ramure, classé arbre remarquable au niveau national. Depuis son acquisition par le département en 1986, le site fait l'objet d'une rénovation qui passe par la création de jardins à thème, conçus comme des tableaux vivants évoluant à chaque saison : jardins de l'automne flamboyant, des fruits, des châtaigniers, des aulnes, des hydrangea, des floraisons. Le lieu est classé à l'inventaire des sites pittoresques.

Les serres abritent la collection nationale de convolvulacées. D'une grande diversité (520 taxons) et d'un remarquable foisonnement, ces plantes en provenance des pays tropicaux de l'hémisphère Sud ornent murs et parterres de l'Arboretum à la belle saison.
 

Le domaine

Le domaine départemental de la Vallée-aux-Loups - Maison de Chateaubriand est une belle illustration de l'harmonie qui existe entre patrimoines culturel et naturel dans la Vallée de la culture des Hauts-de-Seine. Le parc boisé, l'île Verte, l'Arboretum paysager à la collection végétale unique et la maison de Chateaubriand, témoin d'une époque et de la vie de l'homme, du botaniste averti et de l'écrivain voyageur, forment une unité où se respectent le passé et le présent, le travail de l'homme et la nature.

Le domaine départemental de la Vallée-aux-Loups bénéficie du label "jardin remarquable" délivré par la DRAC pour le parc de la maison de Chateaubriand, l'Arboretum et l'île verte.

La maison de Chateaubriand

Souvent surnommé "le grand-père du romantisme", Chateaubriand avait trouvé, dans la Vallée-aux-Loups, son havre. Il n'est resté que dix ans, mais le "culte" de Chateaubriand a permis de préserver le domaine de toute beauté qu'il avait créé, et notamment le parc. Aujourd'hui, sa maison est ouverte au public, et présente Chateaubriand et son époque au plus grand nombre...