Sur les pas de Kundera

Voici une balade sur la Vltava qui pourrait débuter au pied du pont Charles pour s’achever quelque part du côté du rocher de Vysehrad. Nos pas nous mèneront, à travers les effluves d’alcool des tavernes fréquentées par les dissidents d’antan, au pied des appartements d’un Milos Forman ou d’un Milan Kundera, mais aussi sur des lieux de hasards malheureux, de meurtres, de suicides et de tant d’autres mystères jamais élucidés. Car, contrairement à la croyance populaire, la Vltava est un fleuve tragique dont les rives sont hantées par la mort…

Le bistrot U Malvaze

Le célèbre bistrot U Malvaze, où l’on servait exclusivement des bières brunes à la pression, fut, au tournant des années 1950, le lieu de rencontre privilégié de Vladimir Boudnik, Egon Bondy et Hanes Reegen. Si le destin des deux premiers hommes est connu, on sait peu de chose du troisième. Boudnik, plasticien singulier, fondateur de “l’explosionnalisme”, était un ami intime de l’écrivain Bohumil Hrabal, qui s’en est inspiré pour créer plusieurs personnages de ses romans. Il s’est suicidé en décembre 1968. Quant à Bondy, écrivain et poète édité en samizdat, disparu en avril 2007, il est l’auteur des textes du groupe Plastic People of the Universe. Plasticien et ami de Boudnik, Jan Reegen, d’après son état civil, est mort en 1952, à l’âge de 30 ans, de la tuberculose. Il a inspiré à Bohumil Hrabal le personnage de Vasek Prucha dans sa nouvelle Jarmilka, dont l’action se déroule dans une usine sidérurgique –

Rue Bartolomejska N° 304/1

Jusqu’à son exil, en 1975, le célèbre écrivain tchèque Milan Kundera vivait ici avec son épouse, Vera. Il faisait l’objet d’une surveillance constante de la STB (dont le siège était à deux pas, au n° 4 de cette même rue). Le 17 octobre 1974, par exemple, il fut convoqué au ministère de l’Intérieur pour un entretien. “A 8 heures, il a quitté son domicile, tête nue, vêtu d’un imperméable blanc en popeline, pantalon et chaussures noirs, dit le rapport de surveillance. Il avait les mains vides. Il s’est engagé dans la rue Krasnohorska, puis dans l’avenue Narodni, il a pénétré dans la cafétéria Metro, où il a pris un café. Il a ensuite emprunté l’avenue Narodni, par Perstyn, la rue Husova, la place Vackovo, la rue Kaprova, la rue du 1er-Novembre. Puis il est passé par le pont Cechuv et les jardins de la place Letenske. A 9 h 5, il est entré dans le bâtiment du ministère de l’Intérieur.” Le sens et la logique de cette filature demeurent, des années après, un profond mystère.

QUAI RASINOVO N° 2000/78

C’est ici, dans la maison construite par son grand-père Vaclav en 1905, que Vaclav Havel est né et a vécu jusqu’au début des années 1990, avec son épouse, Olga. Ce n’est pas un hasard si les brasseries fréquentées par les dissidents se trouvaient toutes proches de l’ancien domicile de Havel – à l’instar de Rybarna, dans la rue Gorazdova, ou encore U Pomniku, place Palackeho. Mais la plus célèbre d’entre elles est sans doute Paroplavba [Navigation] : ce restaurant tout en bois a été ouvert en 1945 sous le nom L’Embarcadère. Après 1968, durant la période de “normalisation” (après la répression du “printemps de Prague”), tout le monde l’appelait Navigation. Aujourd’hui, elle porte le nom de Vltava, mais presque rien n’a changé, si ce n’est la présence arrogante d’immenses frigos aux couleurs de la marque Coca-Cola. L’existence de Paroplavba est aujourd’hui menacée en raison de la forte hausse des prix de l’immobilier dans cette partie de la ville.

  • Pont St Charles enneigé