16. mai, 2018

Vila Matas

"Enrique Vila Matas fait partie de ces écrivains très discrets, précieux et rares, que l'on se croit peu nombreux à connaître, jusqu"au jour où l'on s'aperçoit qu'une foule considérable d'initiés forment, en fin de compte une confrérie fervente de plus en plus vaste".

L’écrivain barcelonais est, depuis près d’un demi-siècle, un maître de l’identité d’emprunt  .

Ceci n’est pas un portrait d’Enrique Vila-­Matas. C’est une mosaïque de fragments. Assemblés les uns aux autres pour reconstituer le visage toujours changeant du grand écrivain catalan. L’homme, en effet, ne se laisse pas saisir facilement. Depuis belle lurette, il a fait sienne la devise de Descartes « J’avance masqué. » Et l’on aura beau vouloir lui arracher ses masques, les uns après les autres, on s’apercevra toujours que c’est peine perdue. Que chaque travestissement en recouvre un autre, qui en cache un autre, etc.