Peintres et couleurs

2. juin, 2018

 

 

L' »outrenoir » est certes un noir, mais un noir… lumière. Le terme est créé et utilisé par le peintre Pierre Soulages pour qualifier ses œuvres, où il tente, dans ses immenses monochromes, de faire ressortir la lumière présente dans la couleur noire, en travaillant la matière et les reflets.

 

2. juin, 2018

 

 


Jean-Marc Nattier (1685 – 1766) était le portraitiste officiel à la cour du roi Louis XV. Il avait pour habitude de parer les femmes d’étoles ou de robes de ce bleu caractéristique (sorte de bleu marine teinté de gris) auquel il donna son nom.

2. juin, 2018

 

Composé d’oxyde de fer et de noir de carbone, le brun Van Dyck présente un aspect rouge violacé. Il porte ce nom car Antoine Van Dyck, célèbre peintre hollandais du XVIIe siècle, l’utilisait beaucoup pour les chevelures dans ses tableaux.

 

 

 

 

2. juin, 2018

 

 

Assez proche du bleu outremer d’Yves Klein, le Bleu Majorelle est légèrement plus teinté de violet. Il doit son nom au peintre orientaliste Jacques Majorelle (1886 – 1962) qui vivait au Maroc et avait peint les murs de son atelier et de sa villa avec ce bleu très lumineux. En 1980, la résidence fut rachetée par Yves Saint-Laurent qui popularisa cette jolie couleur.

 

2. juin, 2018

Ce beau vert a été inventé au XVIIIe siècle en l’honneur du peintre italien Paul Véronèse, soit 200 ans après sa mort. Ce dernier était un coloriste de renom, très réputé pour ses trompe l’œil. A la base, ce pigment était composé d’arséniate de cuivre, un poison violent… la composition ayant été modifiée par la suite ! Ce vert amande profond, tirant vers le jaune, était très utilisé par Véronèse dans ses tableaux.