8. juin, 2018

Ce pays m'ispire par Albert Camus

Ce pays m'inspire. J'aime ce peuple, grouillant sur les trottoirs,, coincé dans un petit espace de maisons et d'eaux, cerné par des brumes, des terres froides et la mer fumante comme une lessive. Comme je l'aime, car il est double. Il est ici et il est ailleurs.

Mais oui ! A écouter leurs pas lourds sur le pavé grass, à les voir passer pesamment entre leurs boutiques, pleines de harengs doréset de bijoux couleur de feuilles mortes. Voyez où se trouvent leurs têtes : dans cette brume de néon, de genièvre et de menthe.
La Hollande est un songe d'or et de fumée, plus fumeux le jour, plus doré la nuit et, nuit et jour, ce songe est peuplé de noires bicyclettes à hauts guidons, qui tournent sans trêve, dans tout le pays, autour des mers. Ils rêvent et roulent en rond, dans l'encens doré de la brume, ils ne sont plus là.