Je n'aime pas le mot Roms.

"Et puis, quand on est entré en Europe, par la Grèce, on s'appelait les Tziganes et toutes ces appellations que l'on a eues après - manouche, bohémiens, romanichelles, gitans - finalement ce sont des appellations qui nous ont été  données". L'entrée de ceux qui ont "toujours été des nomades", a eu lieu "il y a 500 ans". Dans la société, le mot "rom" véhicule parfois des choses négatives et il est "très difficile" de changer la perception des gens sur les Roms.

C'est la musicalité qui réside dans le mot Tzigane. La musique occupe une place centrale dans la culture tzigane. "Maintenant, on commence même à venir à la poésie. Et d'expliquer qu'il y a des années, des siècles de cela, l'écrit ne primait pas. "On ne faisait pas de livres.

Notre société a toujours été matriarcale

. "On est une société matriarcale, ce sont les femmes qui décident les choses. Et moi je dis toujours heureusement qu'elles décident car elles participent de la richesse de la culture tsigane et il est dommage qu'elle soit méconnue."

Comment décrire la culture tzigane, au-delà de sa musique, sa danse et son art du cirque ?  dans un résumé qu'il juge toutefois "très réducteur", on peut dire  la réussite sociale n'a aucun sens. Le sens de la famille est très fort. Nous ne votons pas. On a compris que le terrain préféré du diable, c'est la politique ; donc nous restons sur nos terrains. Et la croyance en Dieu est très puissante".

Les gens du voyage

Roms, tsiganes, gitans, ou gens du voyage… Une variété d’appellations pour désigner les populations tsiganes présentes en Europe depuis des siècles. Les instances européennes utilisent aujourd’hui le terme « rom », parle de « peuples roms ». Pourquoi? Y a-t-il vraiment entre toutes les communautés que nous venons d’évoquer une réelle identité de langue (le romani), de mode de vie (le « nomadisme »)?

Dit autrement : au-delà de certaines similitudes, est-il possible de désigner d’un seul terme des peuples qui partagent une origine commune mais vivent aujourd’hui des réalités forts diverses ?

Les emprunts religieux

Au cœur de ces questions d’identité, la religion figure en bonne place. Bien souvent les communautés adoptent la religion majoritaire du pays où ils vivent : christianisme catholique, orthodoxe ou protestant, ou islam. Depuis quelques décennies les communautés roms sont particulièrement touchées par les transformations du champ religieux et l’apparition des nouvelles communautés (pentecôtistes, ou dans le cas du catholicisme, le renouveau charismatique…). Cette question religieuse est très sensible car dans des groupes où la notion de lien est primordiale, ces transformations affectent le cœur-même des communautés…

La musique tsigane

Originaires du nord de l'Inde, les tribus tziganes ont émigré vers le Moyen-Orient et l'Asie centrale, avant de s'établir en Europe.

Habituellement jouée à l'occasion de fêtes ou de cérémonies, leur musique est aussi l'apanage de musiciens errants faisant la quête de ville en ville pour subsister et en vertu de leur origine ou de leur pays d'accueil, elle possède de nombreuses facettes.

Les musiciens tziganes, éloignés des académies, ont développé un style de jeu qui leur est propre pour chacun des instruments qu'ils utilisent, conjuguant vitesse d'exécution et improvisations. Souvent multi-instrumentiste et luthier amateur, le musicien tzigane est également réputé pour son vaste répertoire et sa capacité d'improvisation.