19. juin, 2018

Le tapis de Pazyrik

L'art de nouer des tapis s'est probablement développé dans les steppes d'Asie centrale il y a plusieurs milliers d'années. Les peuplades nomades avaient alors besoin de quelque chose qui puisse les protéger contre les grands froids de l'hiver, soit plus pratique que les fourrures de mouton, et qui puisse servir d'ornements pour la tente. La matière utilisée pour la chaîne, la trame et le velours provenait des troupeaux de moutons et de chèvres.

Les métiers à tisser, dans leur forme la plus simple, étaient constitués de deux morceaux de bois ancrés dans le sol et entre lesquels on tendait la chaîne. Ces métiers à tisser horizontaux, que les nomades utilisent encore de nos jours, ont l'avantage de pouvoir être facilement repliés et déplacés jusqu'au prochain lieu de campement.

Les dessins sur ces tapis d'antan consistaient en des motifs géométriques ou stylisés.