Lieux secrets/Paris

26. juin, 2018

Dans le quartier cossu de la plaine Monceau, on croise au détour des rues cette extravagante pagode d’inspiration chinoise, aux tuiles vernissées et façades d’un rouge vif. Créé en 1926, l’édifice est le fruit de l’architecte Fernand Bloch qui a transformé en pagode chinoise un hôtel particulier de la Belle Époque. Derrière cette œuvre architecturale, l’excentrique requête de M. Ching-Tsai Loo, un antiquaire et marchand d’art asiatique qui voulait établir un lien culturel entre la France et la Chine. Aujourd’hui devenu un musée privé, les expositions et salons sont l’occasion de découvrir les trésors d’archives du collectionneur : des meubles anciens, des porcelaines des périodes Song ou Ming ou encore des panneaux de laque du 18e siècle. Une immersion unique dans une collection orientale qui étonne autant qu’elle émerveille.

26. juin, 2018

Partons maintenant vers un endroit, lui aussi historique. La pagode, bâtiment d’architecture japonaise, construit en 1896, fut un cinéma ouvert au public en 1956. Aujourd’hui le cinéma existe encore et a conservé son ancien décor, une des salles garde même une déco assez underground. Ce cinéma ne proposera pas le dernier blockbuster mais si vous recherchez un film d'art et d'essai c’est ici que vous pourrez le trouver !

26. juin, 2018

Fort de son succès en 2017, le Barboteur s'est remis sur les flots dès mars, et  a préparé pour l'été une programmation culturelle ( expos, concerts ). Le concept est simple : cette terrasse itinérante vogue de mercredi à dimanche sur le canal de l'Ourcq et le canal Saint-Martin en s'arrêtant à cinq emplacements différents, le temps d'une journée...

26. juin, 2018

Véritable havre de tranquillité, cet ancien potager conventuel est situé au cœur du quartier particulièrement animé de Sèvres-Babylone, avec le Bon Marché et l’hôtel Lutétia à quelques pas. Peupliers et tilleuls bordent de vastes pelouses, une longue pergola croule sous les feuilles des groseilliers et des noisetiers. Vous êtes bien à Paris, vous ne rêvez pas !

26. juin, 2018

En bordure du Bois de Vincennes, le Jardin d’Agronomie Tropicale se déploie sur près de 7 hectares d’espaces verts agrémentés de pavillons  d’expositions et de monuments commémoratifs en mémoire des soldats des colonies morts au combat. Ses serres complètement dévastées et ses statues endommagées en font un endroit étrange et sauvage.

A la fin du 19ème siècle, le jardin colonial est créé pour coordonner des expériences agronomiques. De multiples plantes des colonies sont réceptionnées et entretenues sur place : café, cacaoyer, vanille, muscadier, bananiers...

De mai à octobre 1907, l'exposition coloniale reconstitue cinq villages : indochinois, malgache, congolais, ferme soudanaise et campement touareg,à peine restaurés.