Mandelstam

« On raconte que Mandelstam, dans le camp, le goulag, de Sibérie où il a passé ses dernières années, aurait récité des poèmes de Pétrarque aux autres prisonniers. Il nous dit comment voir les impressionnistes français, le coloris de van Gogh, la fermeté notariale de Cézanne.

Monet, Renoir, Signac, Picasso

Chaque salle a son climat.Dans la salle de Claude Monet, l'air est fluvial. En regardant l'eau de Renoir, on se sent des ampoules aux mains comme râpées par les avirons.

Signac a inventé le soleil de maïs. Et puis le juif bleu de Picasso vous a encore fait la révérence. Et les boulevards gris-mauve de Pissaro coulant comme les roues d'une immense loteries avec les petites boîtes des fiacres.

Matisse et Van Gogh

Je n'ai pas aimé Matisse, le peintre des riches. Le rouge de ses toiles siffle de soude. La joie des fruits gonflés de sève li est inconnue.Son pinceau puissant ne guérit pas le regard, mais lui communique sa force de taureau...

Les couleurs maraîchères bon marché de Van Gogh sont achetées au petit malheur pour vingt sous.Et ses paysages potagers de receveur d'autobus ? Ses toiles, sur lesquelles est répandue une omelette de catastrophe sont évidentes comme des manuels imagés...