Avec ses ombres inquiétantes et ses mouvements de caméra sophistiqués, “The Servant”, le chef-d’œuvre écrit par Harold Pinter et réalisé par Joseph Losey en 1962, ressort en salles en version restaurée. L’occasion de revenir sur l’histoire de ce film.

Ce film sulfureux, véritable bombe baroque, secoue le cinéma anglais contemporain. La sophistication de la mise en scène de Losey, et son observation sans pitié des mœurs de la haute société le situent loin, bien loin, du réalisme "kitchen sink" de ses confrères proches des classes populaires. The Servant, sélectionné à la Mostra de Venise de 1963, impose enfin Losey comme un auteur qui compte. Déjouant les sombres pronostics des producteurs inquiets, le film marche et lance, au passage, James Fox et Sarah Miles. Pour Bogarde, il constitue un tournant. Quant à son impact sur le destin de Losey, il marque tout simplement « le début d'une nouvelle carrière et d'une nouvelle vie ».