Apnée dans les lacs de montagne

Afin de réaliser l’expertise la plus précise, les scientifiques doivent braver les interdits et se jeter à l’eau, munis d’un GPS pour géolocaliser les différentes espèces, mais aussi réaliser une topographie du fond des lacs. « Les lacs, ce sont des lieux populaires, emblématiques des Pyrénées, mais méconnus du point de vue scientifique, concède François Prud’homme, qui a prospecté une vingtaine de lacs cet été. Soit la végétation a été mal étudiée, c’est-à-dire depuis la berge, soit elle a été peu visitée. Beaucoup de lacs sont vierges de toutes données. Donc chaque fois qu’on plonge, c’est une découverte qui alimentera notre base de données. C’est stimulant pour les scientifiques, dans cet écosystème charismatique devenu un champ d’exploration inédit. Tout ça améliore notre connaissance du milieu et nous permet de mieux identifier les enjeux de protection et de conservation du milieu. »