Brexit : le speaker

A onze jours de l’échéance théorique du divorce avec l’Union européenne (UE), le Brexit s’est transformé, lundi 18 mars, en crise politique ouverte.

Alors que la première ministre Theresa May tente désespérément de rallier les suffrages des députés pour organiser un troisième vote destiné à avaliser enfin l’accord qu’elle a négocié avec l’UE, le speaker (président) de la Chambre des communes, John Bercow, a posé un obstacle conséquent sur sa route : il n’autorisera pas un nouveau vote sur un texte identique, 

Se référant à une jurisprudence parlementaire datant de 1604, il stopperait Theresa May si, comme c’est son intention, celle-ci cherchait à faire revoter les députés sur « une motion identique ou substantiellement identique » à celle qu’ils ont massivement rejetée le 12 mars.

La décision du speaker revient donc à bloquer l’initiative de la première ministre et à favoriser le projet de certains députés de façonner un nouvel accord avec l’UE se traduisant par un Brexit plus « soft » que celui de Theresa May.