La Biennale d'art de Venise

Respect de la vie privée, identité de genre, catastrophes migratoires en Méditerranée... Le directeur artistique de la Biennale, l'Américain Ralph Rugoff, a demandé aux artistes de réaliser la face A et la face B d'une oeuvre, pour illustrer notre présent dans toute sa noirceur et sa complexité.

 

Tradition oblige, la Biennale a décidé de récompenser d'un Lion d'or pour sa carrière le sculpteur et poète américain Jimmie Durham pour ses oeuvres à la fois iconoclastes et "profondément humanistes".

Durham, qui a du sang cherokee dans les veines, est surtout connu pour ses oeuvres politiques dénonçant, entre autres, le colonialisme.

Autre artiste "politique" invitée, la Mexicaine Teresa Margolles qui présente un mur érigé de barbelés et constitué des blocs de ciment d'une école où l'on peut voir les impacts de balles là où quatre personnes ont été tuées.