Les sols de la cathédrale pollués au plomb

Trois cents tonnes de plomb sont entrées en fusion lors de l'incendie qui a détruit la flèche, la toiture et certains vitraux de la cathédrale de Notre-Dame de Paris. Un métal lourd qui se répand ensuite sous forme de poussières. Les ONG s'alarment des risques sanitaires."Pendant plusieurs mois, les riverains et travailleurs vont devoir prendre des précautions pour ne pas ingérer, inhaler ou être en contact avec les particules de plomb, car la cathédrale à l'heure actuelle est une friche industrielle".

 

 Les travaux de reconstruction peuvent aggraver cette pollution : "Lors des travaux de reconstruction, il y a une possibilité de remettre en suspension ces poussières. Il y a une vigilance à avoir sur la nature des travaux et le suivi des chantiers."