Des cépages pour s'adapter au changement climatiques

Avec des vendanges de plus en plus précoces et des vins de plus en plus alcoolisés, la vigne française va devoir s'adapter au changement climatique. À Tartaras dans la Loire, On a replanté 10% des  parcelles en cépages anciens. Ces derniers s'adaptent mieux aux étés caniculaires et mûrissent davantage au mois de septembre, une période moins exposée à la chaleur. L'autre intérêt de ces cépages anciens est d'avoir un raisin moins sucré et donc un vin moins alcoolisé. En moyenne 11° contre 15° pour un cépage classique.

 

Une solution idéale pour les cépages anciens, mais pour pouvoir les exploiter, il faut pouvoir les retrouver. "Certains cépages n'existaient plus qu'en conservatoire".  Sur les 6 000 cépages existant dans le monde, moins d'un quart est actuellement exploité.