Eric le Rouge

3. nov., 2019

 Erik le Rouge

 De son vrai nom Erik Thorvaldson, Erik le Rouge quitte la Norvège , où il est né et trouve asile dans l'ouest de l'Islande, terre d'accueil de sa famille, qu'il devra encore quitter selon une légende qu'il s'est forgée, pour explorer les nouvelles terres plus à l'ouest. C'est le début de l'aventure d'un explorateur scandinave vers un pays inconnu : le Groenland où il découvre un climat doux, des terres fertiles, une faune assez riche ... et des espèces aquatiques suffisantes pour se nourrir.

En 982, il fait son retour en Islande, non pour y rester, mais pour convaincre certaines familles de le rejoindre au Groenland. Son discours a été plutôt bien reçu, puisque près d'une vingtaine de navires partiront d'Islande pour le Groenland. Mais seulement la moitié arrivera à bon port...

Après cette première expédition, plusieurs autres suivront. C'est ainsi que le Groenland recevra de nombreux colons vikings. Deux routes maritimes sont créées : une vers l'ouest et une autre à l'est. Les Vikings profitent maintenant des terres et des activités commerciales très suivies se développeront sur la côte du Groenland, devenue terre des Vikings. Pourtant, après un demi-millénaire d'activité intense, les Vikings ont presque disparu, ne laissant aucune trace de leur passage.

Les causes de cette disparition de tout un peuple restent mal connues. Certaines sources mentionnent une épidémie, pour d'autres la rigueur du climat : en particulier l'âge glaciaire que le Groenland a connu entre les 14e et 15e siècles a eu raison de tous ses habitants.

Les sagas de ces héros Vikings racontent les faits d'armes de cet explorateur, le premier à avoir foulé le sol du Groenland. Son fils Leif Erikson, à son tour, découvrira l'Amérique, en particulier le Vinland, bien avant Christophe Columb. Des fouilles ont permis de retrouver des traces de la présence des Vikings à L'Anse aux Meadows et à Pointe Rosée sur l'île de Terre-Neuve au Canada.

 

C'est à cet aventurier que mon ami Eric s'identifie, bien qu'il n'ait pas la chevelure ni la barbe rousse, qui avait valu à Erik le Rouge, le référent par excellence, très présent dans l’inconscient collectif , ambivalent à tous égards. Rouge sang mais aussi rouge passion.

J'avais rencontré Eric à Avignon lors du festival donné dans la cour de la Cité des Papes. Il connaissait bien sa ville pour l'avoir arpentée tout au long de l'année, hormis lors du festival qui était, pour lui comme une parenthèse dans le temps,.le festival Off de Villeneuve lès Avignon accueillant des troupes de théâtre de rue, un peu comme au temps de Molière....