Ceux qui ont réusii à passerà l'Ouest...

Il a été surnommé le "mur de la honte". Pour franchir le mur de Berlin, certains ont pris tous les risques, comme un déserteur qui prend la fuite vers l'Ouest pendant la construction du mur. Après lui, des milliers d'anonymes vont tenter d'enjamber cette frontière artificielle. Les tentatives réussies sont des exploits qui font la une de l'actualité. Mais les évasions les plus risquées ont lieu dans les années 1980, quand la surveillance policière était la plus forte.

 

En 1988, Michael Schneider travaille dans un grand hôtel de Berlin-Est. "Un jour, j'avais donc un passeport entre les mains, je l'ai ouvert et j'ai découvert la photo d'un jeune homme. Je me suis dit que ça pourrait être moi", raconte l'évadé. Il s'agit des documents d'identité d'un jeune Danois qui participe à une compétition internationale de danse en RDA. Michael Schneider s'est emparé du passeport et s'est dirigé vers un point de passage du mur. Il passe finalement à l'Ouest, l'une des dernières évasions avant la chute du mur de Berlin, un an plus tard.